L'Excellence, ma référence

UFR Sciences et Technologies

PLAN STRATEGIQUE

DE L’UFR DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES 2018-2022

 

 

Mot du directeur

 

L’UFR des sciences et technologies a ouvert ses portes en février 2007 à l’instar de l’Université Assane SECK de Ziguinchor suite à la volonté des autorités étatiques d’élargir la carte universitaire du pays.

 

Depuis lors, elle n’a cessé d’être le fer de lance de la recherche et de la formation. Le plan stratégique 2019-2023 présente ce que l’UFR s’engage à accomplir durant les cinq -prochaines années dans le but de poursuivre sa mission d’enseignement et de recherche. En effet, tout en consolidant les réalisations enregistrées dans le cadre du plan stratégique 2011-2016, l’UFR se fixe comme objectifs de:

 

– relever les nombreux défis liés à la professionnalisation de ses offres de formation afin d’accroitre l’employabilité des étudiants formés ;

 

– renforcer ses équipements pédagogiques dans le but de répondre plus efficacement à la massification des effectifs d’étudiants et à la diversification de ses offres de formationet

 

– promouvoir la formation d’équipes de recherches et de renforcer les moyens alloués à la recherche afin d’accroitre les inscriptions du PER au CAMES et de mettre à la disposition des populations locales les résultats de la Recherche.

 

L’atteinte de ces objectifs corrélée avec une augmentation des effectifs du PER, du PATS et du budget permettra d’instaurer une meilleure gouvernance de l’UFR.

 

Ce plan stratégique est le fruit d’une réflexion menée en concertation avec toutes les composantes de l’institution. Je tiens à leur exprimer mes sincères remerciements pour l’aboutissement de cetexaltant travail.

 

Je souhaite que ce plan stratégique soit mobilisateur afin que tous unissions nos efforts pour faire de l’UFR l’institution de référence en matière d’enseignement et de recherche des sciences et technologies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

 

Au lendemain des indépendances, la plupart des établissements africains d’enseignement supérieur ont, pendant une décennie, enseigné les mêmes programmes que leurs homologues européens. Cette situation avait conduit à une inadaptation entre les formations dispensées et les besoins de ces sociétés africaines contemporaines.

 

C’est la raison pour laquelle, dans une perspective d’asseoir les bases d’un développement socio-économique harmonieux, le Sénégal opéra une rupture à partir de 1967 avec le vote de la loi n° 67-45 du 13 juillet 1967 relative à l’université de Dakar qui dispose en son article premier alinéa 2 que l’université de Dakar «a notamment pour but, dans un esprit de coopération inter africaine et de large ouverture sur les problèmes, de former les cadres nécessaires aux États africains qui envoient leurs étudiants à l’université…».

 

Cette vision d’une université au service de la communauté est consacrée par la loi d’orientation sur l’éducation nationale de 1971 (loi n° 71-36 du 3 juin 1971) qui stipule en son article premier que l’éducation nationale tend à former «des hommes et des femmes libres, capables de créer les conditions de leur épanouissement à tous les niveaux, de contribuer au développement de la science et de la technique et d’apporter des solutions efficaces aux problèmes de développement national…».

 

Toutefois, plus de cinquante ans après les indépendances, l’ambition d’un progrès basé sur le développement de la  science et de la technique reste un objectif à atteindre même si  des résultats satisfaisants sont obtenus dans les divers domaines de la science. En effet, en raison des difficultés que traversèrent le Sénégal avec les politiques d’ajustement structurel imposées par les institutions financières internationales qui ont amené le pays à consacrer moins en moins de ressources au secteur de l’éducation, celui-ci connut des crises qui ont engendré une dégradation des conditions d’études.

 

Face à ces crises récurrentes, les pouvoirs publics sénégalais ont alors été obligés d’organiser, en 1993, des concertations nationales sur l’enseignement supérieur. Mais cette dernière réforme a échoué car désapprouvée par les syndicats d’enseignants et d’étudiants. Une nouvelle réforme fut entreprise dès l’année 2000 avec la mise en place d’une commission carte universitaire, composée d’universitaires. Elle était chargée de faire des propositions de réforme et de recadrage de la carte universitaire mais également de réfléchir sur l’introduction de nouvelles structures de formation en réponse aux besoins et exigences de développement socio-économique.

 

La création des universités de Thiès et Ziguinchor et du CUR de Bambey s’inscrit dans ce cadre. Mais cette réforme de la carte universitaire traduit également la volonté de l’Etat d’absorber les flux importants de bacheliers que les deux principales universités ne parvenaient plus à accueillir en raison de l’insuffisance des infrastructures pédagogiques.

 

 

Par ailleurs, outre les aspects rappelés dans les lignes précédentes, les objectifs de la réforme de 2002 sont les suivants:

– la professionnalisation de l’enseignement et de la formation,

– la diversification des filières et des établissements,

– la valorisation des ressources nationales et régionales et

– l’élargissement de la gouvernance des structures de l’enseignement supérieur.

 

La concertation nationale sur l’avenir de l’Enseigneur supérieur tenue en 2013 a, dans ses conclusions, réitéré ces mêmes objectifs qui font l’objet des décisions présidentielles une, trois, sept et huit :

 

– décision 1 : réorienter le système d’enseignement supérieur vers les sciences, la technologie et les formations professionnelles courtes ;

 

– décision 3 : améliorer le pilotage du système d’enseignement supérieur et de recherche et réformer la gouvernance des établissements publics d’enseignement supérieur ;

 

– décision 7 : renforcer la carte universitaire pour favoriser l’accès, diversifier l’offre de formation et assurer la qualité de l’enseignement supérieur ;

 

– décision 8 : donner un nouvel élan à la recherche et à l’innovation.

 

Structure centrale de l’université Assane SECK de Ziguinchor, l’UFR des sciences et technologies s’approprie ces objectifs qui traduisent la politique nationale d’enseignement supérieur à mettre en œuvre par toutes les institutions de ce secteur porteur de développement économique et de progrès social. Toutefois, elle ne peut réussir à atteindre ses objectifs qu’en procédant à une planification des moyens et des actions à mener et c’est toute la signification qu’il faut donner à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un plan stratégique qui synthétise la vision de l’institution et dont la finalité est de booster toutes ses initiatives ou projets.

 

Pour l’élaboration, le comité de rédaction a d’abord :

 

– effectué une analyse diagnostique de l’UFR avec ses forces, faiblesses, opportunités et menaces ;

 

– pris connaissance de la documentation disponible sur les différentes entités qui composent l’UFR Sciences et Technologies ;

 

– fait un inventaire exhaustif des équipements, des infrastructures pédagogiques et administratives, des ressources humaines et des effectifs d’étudiants;

 

– recueilli les attentes des différentes composantes de l’UFR (Etudiants, PER et PATS) et les projets à court ou moyen terme de mise en place de formations, de création de laboratoires de recherche ou d’organisation de manifestations internationales à caractère scientifique et

 

-défini les actions à mener, les indicateurs objectivement vérifiables et les moyens requis.

 

Le présent document s’articule autour de six parties :

 

– la première partie concerne les missions, valeurs et objectifs de l’institution ;

 

– la seconde partie est relative à l’analyse diagnostique : le contexte, les organes de gestion, l’offre de formation, les effectifs et les infrastructures etc ;

 

– la troisième partie traite des forces, faiblesses, opportunités et menaces de l’UFR ;

 

– les quatrième et cinquième parties traitent respectivement du plan d’action et du plan de financement et

 

– la sixième et dernière partie traite des stratégies de mise en œuvre (coordination, suivi, évaluation et la communication).

 

VISION, VALEURS ET MISSIONS

 

1-1 Vision

 

La vision de l’UFR des sciences et technologies s’inscrit dans celle de l’Université Assane SECK de Ziguinchor c’est-à-dire une structure de formation et de recherche de qualité ouverte sur les réalités socio-économiques locales, nationales, sous-régionales et internationales. Elle a également pour ambition de professionnaliser davantage ses enseignements et d’utiliser ses recherches pour accompagner la politique de déconcentration et de décentralisation.

 

1-2 Valeurs

 

L’UFR des Sciences et Technologies exerce sa mission en s’appuyant sur un certain nombre de piliers fondamentaux :

 

– une liberté d’esprit et de pensée dans le déroulement des activités d’enseignement et de recherche ;

 

– un esprit critique caractéristique de la science qui aboutit à la production d’œuvres scientifiques publiées dans beaucoup de revues internationales et utiles à la résolution des problèmes de la communauté et

 

– la reconnaissance que l’étudiant est au cœur de l’institution.

 

De ces piliers découlent un certain nombre de valeurs autrement dit des comportements ou attitudes que l’institution reconnait comme idéal :

 

– l’excellence: elle constitue la devise de l’université AssaneSECK de Ziguinchor et l’UFR en a fait son cheval de bataille en inculquant à ses différents membres une culture de la rigueur dans l’exécution des activités administratives, pédagogiques et de recherche ;

 

– l’intégrité morale: elle est érigée en valeur suprême qui invite ses membres à adopter des comportements intègres dans l’exercice de leurs fonctions. L’intégrité morale garantit la légalité administrative, la transparence et l’obligation de rendre compte qui aujourd’hui constitue un gage de bonne gouvernance ;

 

– la collaboration : dans un souci d’exécuter efficacement les missions qui lui sont confiées, l’UFR prône la collaboration entre ses membres. Elle prône également l’ouverture au monde professionnel afin de rendre plus opérationnel ses diplômés et

 

– le respect : afin d’asseoir un climat social stable, garant d’efficacité et d’efficience, l’UFR prône le respect de la liberté et de la dignité de la personne humaine.

 

 

1-3Missions

 

La mission de l’UFR est identique à celle assignée à l’Université de Ziguinchor à sa création en 2007. C’est-à-dire former les cadres supérieurs du Sénégal et des autres pays africains mais également de contribuer à la recherche scientifique aux niveaux national et international.

 

En ce sens, l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences et Technologies développe des activités d’enseignement et de recherche dans les domaines des mathématiques, de l’informatique, de la physique, de la chimie, de l’agroforesterie et de la géographie. Elle s’est également engagée dans la fourniture de conseils dans les différents domaines des sciences et technologies.

 

ANALYSE DIAGNOSTIQUE

 

2-1 Contexte

 

En ouvrant de nouvelles universités dans les régions de l’intérieur comme Ziguinchor, l’État s’était donné, entre autres objectifs, d’élargir la carte universitaire nationale afin de désengorger les universités de Dakar et de Saint-Louis dont les capacités d’accueil devenaient de plus en plus limitées à cause de l’augmentation des effectifs estudiantins. Il s’agissait aussi pour l’État de diversifier l’offre de formation en mettant l’accent sur l’adéquation du profil du formé aux exigences de l’emploi.

 

Au niveau de la Région naturelle de Casamance, le contexte socio-économique et scolaire justifiait depuis longtemps la création de structures universitaires.

 

En effet, l’existence de nombreuses potentialités socio-économiques nécessitait la création d’une université qui permettrait aux chercheurs de mener des recherches dont les résultats contribueraient certainement à impulser le développement local en accompagnant les collectivités territoriales créées en 1996. À ce sujet, le Président de la République d’alors avait indiqué que l’université de Ziguinchor devrait être ouverte sur les réalités socio-économiques locales nationales et sous-régionales d’une part et être placée d’autre part au centre des outils et dispositifs institutionnels et scientifiques moteurs d’un développement durable s’appuyant sur les ressources naturelles de la Casamance.

 

Pour revenir au contexte scolaire, la Région constitue la deuxième la plus scolarisée au Sénégal après celle de Dakar. En 2007, le taux brut de scolarisation (TBS) est de100,7% contre 86% au niveau national.[1]Le nombre de bacheliers dans la Région est passé de deux mille quatre cent trente (2430) en 2000 à cinq mille cinq cent quatre-vingt (5580) en 2007.[2]

 

En plus de ces aspects, la création de l’Université de Ziguinchor devait permettre d’accueillir les lycéens de la sous-région notamment les bissau-guinéens.

Enfin, avec un conflit de plus de trente(30) ans dans la région, l’institution devait contribuer à travers ses missions d’enseignement, de recherche et de services à la communauté à l’instauration d’une paix durable,gagede croissance économique et d’épanouissement humain.

 

2-2 Les organes de gouvernance

 

Crée en 2007, l’UFR des sciences et technologies est un établissement public disposant d’une autonomie de gestion administrative et financière. Elle est libre d’organiser son fonctionnement sous réserve du respect des lois et règlements qui régissent l’Université.

 

Cette gestion administrative et financière repose sur le principe de la participation qui s’est traduite par la mise en place de différents conseils chargés de l’administrer, conseils où sont représentées toutes les composantes de la communauté universitaire.

 

Concrètement, la technique d’organisation administrative reste la déconcentration c’est-à-dire une répartition des attributions et des moyens entre l’administration centrale de l’UFR et les départements qui la constituent.

 

L’UFR est dirigée par un Directeur nommé par décret. Elle est composée de départements et de services administratifs et la coordination de l’essentiel des activités administratives, pédagogiques et de recherche se fait au niveau des conseils de département et du conseil d’UFR.

 

 

2-2-1 Le Directeur d’UFR

 

Le Directeur, élu et placé à la tête de chaque UFR, est nommé par décret sur rapport du Ministre chargé de l’Enseignement supérieur, sur proposition du Conseil d’UFR après avis du Conseil d’Administration. Il est choisi parmi les professeurs titulaires et les professeurs assimilés et élu par eux pour un mandat de trois(03) ans, renouvelable une (01) fois.

 

Le directeur :

 

– il est chargé de l’administration intérieure et de la sécurité de l’UFR ;

 

– il préside le Conseil d’UFR ;

 

– il s’assure de l’exécution des délibérations du conseil d’UFR ;

 

– il exécute les décisions du Conseil d’Administration qui concernent l’UFR ;

 

– il veille à l’observation des lois, règlements et instructions ainsi qu’au déroulement régulier des cours, conférences, travaux pratiques et dirigés et des examens ;

 

– il prépare le budget et les comptes administratifs de l’UFR ;

 

– il signe les baux et passe les marchés, sous les formes prescrites par les lois et règlements, pour les fournitures et travaux imputables sur les crédits de l’UFR ;

 

– il exerce les actions en justice et

 

– il accepte les dons et legs sur avis conforme du Conseil d’UFR.

 

Dans l’exercice de ses fonctions, le directeur est également assisté d’un vice-directeur qui s’occupe de la coordination de tous les aspects pédagogiques.

Le vice-directeur est professeur titulaire ou professeur assimilé. Il est élu dans les mêmes conditions que le directeur et est nommé par arrêté du Ministère chargé de l’enseignement supérieur pour un mandat de trois (03) ans.

 

 

 

2-2-2 Le Conseil d’UFR

 

Le Conseil d’UFR, présidé par le directeur, détient la plénitude des pouvoirs délibératifs.

Il délibère sur :

 

– toutes les questions qui concernent la vie de l’établissement, au double plan de laformation et de la recherche ;

 

– le projet du budget de l’UFR qui doit être présenté au Conseil d’Administration ;

 

– les crédits alloués à chaque département ;

 

– les comptes administratifs du Directeur ;

 

– l’exercice de l’action en justice ;

 

– l’acceptation des dons et legs en faveur de l’UFR ;

 

– l’emploi des revenus et produits des dons et subventions et

 

– toutes les questions qui lui sont envoyées soit par le Ministre chargé de l’Enseignementsupérieur soit par le Recteur ou qui lui sont soumises par le Directeur de l’UFR.

 

2-2-3 Les départements

 

Les UFR sont organisées en départements. Le département est la cellule de base de l’UFR en matière d’enseignement et de recherche. Il regroupe le personnel et les services qui relèvent d’une même discipline ou de disciplines voisines.

 

Le Conseil de département délibère sur toutes les questions intéressant la vie du département et propose le recrutement d’enseignants au Conseil d’UFR. Chaque département est dirigé par un chef de département choisi parmi les professeurs titulaires et professeurs assimilés, ou à défaut, parmi lesmaîtres de conférences.

 

Le Chef de département est chargé de la coordination des enseignements et de l’impulsion de la recherche sous l’autorité du Directeur de l’UFR. Il est élu par les membres enseignants du département pour un mandat de trois(03) ans renouvelable une (01) fois. Il est nommé par le Recteur de l’Université sur proposition du Directeur de l’UFR. Le chef de département est garant de la coordination et de l’impulsion de la recherche sous l’autorité du directeur d’UFR.

 

2-2-4 Les services administratifs

 

Dans l’accomplissement de sa mission, le directeur est aussi appuyé par des services administratifs que coordonne le chef des services administratifs. Il s’agit du service des finances, du service général et du service pédagogique.

 

Le chef des services administratifs, est chargé, sous l’autorité du Directeur d’UFR, de la gestion et de l’administration de l’UFR. Il est nommé par arrêté rectoral après avis du Directeur d’UFR. Il dirige et coordonne l’action des services administratifs à l’intérieur de l’UFR et assure la liaison avec les services administratifs du Rectorat. Il assure les responsabilités suivantes :

 

– assurer, en qualité d’Administrateur de crédits, la préparation, l’exécution et le suivi de l’exécution du budget de l’UFR;

 

– coordonner la gestion des ressources financières, humaines et matérielles;

 

– veiller à la bonne tenue de la comptabilité et la production des situations comptables;

 

– veiller à la gestion administrative des immobilisations et des matières ;

 

– veiller à l’entretien et la maintenance des équipements et matériels ;

 

– veiller à la gestion de l’information et de la documentation ;

 

– veiller à la régularité de toutes procédures administratives qui engagent l’établissement et

 

– effectuer les contrôles périodiques prévus sur la caisse régie d’avances.

 

2-2-4-1 Le service des Finances

 

A la tête de la structure, il y a un chef de service chargé de la tenue de la comptabilité administrative de l’UFR. À ce titre, il :

 

– appuie le CSA dans la préparation du budget de l’établissement ;

 

– assure la préparation de l’engagement, de la liquidation (cachet «vu, vérifié etliquidé»…) et du mandatement des dépenses et

 

– assure le suivi budgétaire.

 

2-2-4-2 Le service Pédagogique

 

Il est dirigé par un chef de service chargé :

 

– d’assurer la gestion des opérations relatives à la scolarité des étudiants : inscriptionspédagogiques, gestion des dossiers des étudiants… ;

 

– de participer à la préparation des examens et aux délibérations du jury et

 

– de gérer l’organisation matérielle des examens.

 

2-2-4-3 Le service général

 

Il est dirigé par un chef de service qui assure :

– la gestion de la comptabilité des matières et

– le suivi de l’entretien et de la réparation des biens mobilier et immobilier de l’UFR.

 

Après dix (10) années de fonctionnement, l’UFR a consenti beaucoup d’efforts pour assurer un fonctionnement régulier de ces organes de gouvernance et des services administratifs notamment en termes de ressources humaines et financières mais également en termes de respect de la légalité administrative. Concernant ce dernier point, des avancées considérables sont notées dans le respect des textes et règlements qui organisent le fonctionnement les organes et les services. Il s’agit concrètement des règles relatives à la gestion du courrier administratif, à l’organisation des enseignements et des examens, à la délivrance des attestations de réussite, à la passation et à l’exécution des marchés publics etc. Il reste cependant des efforts à faire pour une meilleure connaissance des textes et pour une amélioration de la communication interne et externe.

 

 

2-3 L’offre de formation

 

L’Unité de Formation et de Recherche en Sciences et Technologies a démarré ses activités en 2007 et comprend à ce jour (six) 06 départements et deux (02)filières:

 

– département de physique,

– département de chimie,

– département informatique,

– département mathématique,

– département d’agroforesterie,

– département de géographie,

– filière physique-chimie et

– filière mathématique–physique–informatique.

 

L’offre de formation des différents départements se résume comme suit :

 

– département de physique :

* licence de physique,

* master de physique  des matériaux  et

* master en science de l’atmosphère et de l’océan.

 

– département de chimie :

* licence en chimie et

* master en chimie des matériaux

* master en synthèse organique et produit naturel.

 

– département d’informatique :

* licence en informatique,

* licence professionnelle en création multimédia

* licence professionnelle en système informatique et logiciel

* Académie CISCO et

* master en génie logiciel.

 

– département de géographie :

* licence en géographie et

* master en espaces, sociétés et développement.

 

– département d’agroforesterie :

* licence en agroforesterie

* licence professionnelle agro-ressources végétales  et entreprenariat et

* master en aménagement et gestion durables des écosystèmes forestiers et agro forestiers (AGEDEFA).

 

– département de Mathématiques :

* licence en mathématiques fondamentales et  appliquées ;

* master en mathématiques et applications ;

*licence professionnelle en «modélisation et traitement informatique des données»

MTID.

 

La Licence de Physique-Chimie est co-pilotée par les départements de Physique et Chimie.

 

2-4 Les effectifs

 

2-4-1 Les effectifs d’étudiants

 

En 2007, le nombre d’étudiants orienté à l’UFR des Sciences et Technologies était de cent trente-sept (137). En 2016, l’institution compte mille trois cent six (1306) étudiants répartis entre les six (06) départements.

 

Le tableau ci-dessous fait apparaître l’évolution du nombre d’étudiants pour la période 2007-2017. Cette évolution ne s’est malheureusement pas accompagnée de l’augmentation du personnel enseignant et des infrastructures pédagogiques nécessaires.

 

Concernant l’insertion professionnelle des sortants, il n’existe pas de données exactes. Néanmoins la Direction de l’insertion et des stages de l’université AssaneSECK fait état decinquante-huit (58) diplômés insérés sur le territoire national.

 

Tableau 1

Evolution des effectifs d’étudiants 2007-2017.

 

2006

2007

2007

2008

2008

2009

2009

2010

2010

2011

2011

2012

2012

2013

2013

2014

2014

2015

2015

2016

2016

2017

137 394 611 765 882 1001 1138 1268 1273 1306 1379

à la date du 29 avril 2017

 

Source : direction de la scolarité centrale

 

 

 

 

 

2-4-2 Les effectifs d’enseignants

 

Le personnel enseignant et de recherche de l’UFR est passé de dix-sept (17) en 2007 àsoixante-trois (63) en 2017 soit une augmentation moyenne de 6,3 enseignants par an. Mais l’analyse détaillée révèle que le plus grand nombre d’enseignant a été recruté entre 2009 et 2010 et entre 2014 et 2015. Pour l’année 2016, l’université n’a pas procédé à des recrutements alors que les effectifs d’étudiants ne cessent d’augmenter.

 

Le personnel de rang A n’est pas très important et l’UFR a recours à des vacataires pour le déroulement de certains enseignements surtout en agroforesterie et en géographie. La prise en charge de ces derniers est très onéreuse pour l’université.

 

 

Tableau 2

Évolution du Personnel d’Enseignement et de Recherche 2007-2017.

 

2007 2007

2008

2008

2009

2009

2010

2010

2011

2011

2012

2012

2013

2013

2014

2014

2015

2015

2016

2016

2017

17 25 27 37 37 40 44 45 55 63 63

 

Source : direction des ressources humaines/ Université AssaneSeck de Ziguinchor

 

2-4-2 Les effectifs du personnel administratif, technique et de service.

 

Le personnel de l’UFR est constitué d’un cadre administratif, de comptables, de techniciens de laboratoires, de secrétaires, d’un chauffeur et d’un vaguemestre reprographe.Ce personnel bien que largement insuffisant assure l’intégralité des tâches administratives et ce, dans des conditions de travail parfois difficiles. Ce qui malgré les efforts consentis ralenti souvent le traitement et la transmission du courrier administratif.

 

Au niveau des secrétaires, la surcharge de travail dépasse largement les limites. L’UFR est à une secrétaire pour trois départements. Les chefs de service ne disposent pas de personnel d’appoint. La situation est plus difficile au niveau du service pédagogique surtout à l’occasion des inscriptions pédagogiques et des périodes d’examen. Le vaguemestre de l’UFR s’occupe également de la reprographie des sujets des devoirs et des Travaux dirigés. Le chauffeur du directeur d’UFR est très souvent sollicité pour amener les étudiants en sortie pédagogique en milieu urbain, périurbain et même rural.

 

 

 

 

 

Tableau 3

Évolution du Personnel administratif, technique et de service  2007-2017.

 

2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
04 05 06 06 09 09 10 10 11 11 11

 

Source : direction des ressources humaines/ Université AssaneSeck de Ziguinchor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2-5 Les infrastructures

 

2-5-1 Les infrastructures administratives

 

Le bâtiment abritant les locaux de l’UFR a été affecté à ladite structure par arrêté n° 0061/UDZ/CAB/REC/SG du 26 juin 2016. Cet appartement à étage est situé dans l’enceinte de l’Université dans sa partie ouest. Actuellement, le bâtiment a fait l’objet de plusieurs modifications destinées à augmenter le nombre de bureaux afin de pouvoir y loger le personnel administratif.

 

Au rez de chaussée, on compte trois pièces servant de bureaux, un débarras servant de magasin de stockage des matières et fournitures de l’UFR et des toilettes.

À l’étage, on compte également trois pièces servant de bureaux, des toilettes et un magasin. La façade derrière du bâtiment a été transformée en salle de thé pour le personnel de l’UFR.

 

Les enseignants occupent des bureaux relevant du domaine universitaire. Pour le personnel administratif, cette insuffisance de bureaux a constitué un frein pour les recrutements. Mais la situation pourra s’améliorer avec la réception des blocs d’UFR dont les constructions sont en cours.

 

2-5-2 Les infrastructures pédagogiques

 

A l’instar des autres UFR de l’université, l’institution ne dispose pas de salles de cours propres. Toutefois, depuis 2016 avec la décentralisation de la confection des emplois du temps, des salles sont affectées à chaque UFR. Il s’agit d’un amphithéâtre de deux-cent-cinquante(250) places, une(01) salle de cours de cent vingt (120) places, de deux (02) salles de cent (100) places chacune, cinq (05) salles de soixante (60) places chacune, deux (02) salles de cinquante (50) places chacune et de deux (02) salles d’une capacité chacune de quarante places (40).

 

En plus de ces salles affectées, le département d’informatique dispose de deux(02) salles d’une capacité de trente (30) places chacune et destinées aux travaux pratiques.

 

En 2012, l’UFR a réceptionné un bloc scientifique qui comprend quatre (04)salles de travaux pratiques (deux (02) pour le département de physique, une (01) pour le département de chimie et une (01) pour le département d’agroforesterie) et deux (02) salles de travaux dirigés (une (01) pour le département de chimie et une (01) pour le département de géographie).

 

Les salles de Travaux pratiques et de Travaux Dirigés ont été aménagées pour servir aussi de local aux doctorants des laboratoires suivants :

– le Laboratoire de Chimie et de Physique des Matériaux (LCPM) ;

– le Laboratoire d’Océanographie des Sciences de l’Environnement et du Climat (LOSEC) ;

– le Laboratoire de Géomatique et d’Environnement (LGE)et

– le Laboratoire d’Agroforesterie et d’Écologie (LAE).

 

Concernant ces infrastructures, elles sont sous équipées en raison du coût des équipements que le budget de l’institution ne peut prendre en charge.

Cependant, des efforts sont consentis par l’État à travers le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation. En effet, un montant de quatre-vingt (80) millions a été octroyé à l’UFR pour l’équipement du bloc. Le ministère a aussi envoyé en plus d’autres équipements aux départements (physique, chimie, agroforesterie). Mais les besoins en matériels et produits de laboratoire restent encore importants.

 

Il ressort de cette analyse diagnostique que l’UFR doit disposer d’infrastructures pédagogiques nouvelles et équipées conformément aux standards internationaux pour relever les défis de l’accès et de la qualité des enseignements. Mais l’existence d’infrastructures ne saurait suffire. Elle doit être accompagnée du recrutement de personnel enseignant qualifié et de personnel administratif, technique et de service performants capables d’accompagner l’institution dans ses missions d’enseignement et de recherche.

 

2-6 Évolution du budget

 

Le budget de l’UFR est passé de trente-six million cinq cent huit mille (36.508.000) francs CFA en 2008 à cent treize million six-cent-quatre-vingt-trois mille deux cents (113.683.200) francs CFA en 2017 (voir tableau 4). Ces différentes augmentations s’expliquent, pour l’essentiel, par le transfert de certaines dépenses jadis prises en charge par le rectorat et par l’augmentation des droits d’inscription dans les universités publiques en 2013. Le pourcentage de ressources propres est très faible car les licences professionnelles ouvertes ne sont pas très rentables. De plus, en raison de la faiblesse du nombre d’inscrits, le montant de droits d’inscription de ces licences ne permet pas de couvrir les charges liées à la formation. Ce qui nécessite une révision du contenu de ces formations afin de les adapter aux besoins du monde professionnel pour les rendre plus attractives.

 

La faiblesse du budget constitue un frein au fonctionnement de l’institution. Les dépenses de fonctionnement sont difficilement prises en charge. Pour ce qui est des dépenses d’investissement notamment l’équipement des infrastructures pédagogiques, le budget ne permet pas d’y faire face.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 4

Évolution du budget de 2008 à 2017

 

Année Montant % Commentaires
2008 36 508 000   Première année de budget
2009 39 615 000 8,51 Cette hausse est due à une hausse de 5000F des droits d’inscription (DIP)
2010 50 000 000 26,21 La hausse est due à la prise en charge des dépenses en matériels de cours et travaux pratiques.
2011 58 100 000 16,20 Cette année correspond avec l’ouverture des masters
2012 67 930 000 16,92 Les dépenses liées aux frais de téléphone, au carburant et à l’entretien du véhicule du Directeur d’UFR qui sont transférées à l’UFR.
2013 71 560 000 5,34 Cette augmentation est due à l’augmentation des droits d’inscription et au transfert des frais d’organisation des examens.
2014 100 235 000 40,07 Le montant des dépenses d’entretien du véhicule ERA est transféré à l’UFR.
2015 103 060 000 2,82 Cette hausse est due à l’augmentation des effectifs au niveau de l’UFR. Il y’ a aussi les ressources additionnelles du laboratoire d’analyse et de traitement d’eau du département de chimie.
2016 108 053 200 4,84 Idem
2017 113 683 200 5,21 Prise en charge des droits d’inscription de la licence création multimédia.

 

Source : service des finances de l’UFR des Sciences et Technologies

 

 

2-7La situation de la recherche

 

Malgré les conditions de travail difficiles, le personnel enseignant et de recherche est très dynamique et s’inscrit dans une volonté d’accompagner la politique de l’État de développer la recherche pour impulser le développement socio-économique.

 

La mise en place du Fonds d’Impulsion à la Recherche Scientifique et Technique, les subventions allouées aux enseignants du supérieur pour leurs voyages d’études, traduisent la volonté politique de l’État d’accompagner et de développer ce secteur.

 

Les recherches effectuées par le personnel enseignant sont publiées dans les plus grandes revues internationales et contribuent aujourd’hui à la visibilité de l’institution. Au niveau local, pour ne prendre que l’exemple du département d’agroforesterie, des services d’appui conseils sont apportés aux GIE intervenant dans le domaine de la transformation des produits agricoles.La liste de l’essentiel des publications effectuées au cours des cinq dernières années est rapportée en annexe de même que les différentes thématiques de recherche.

 

III Analyse prospective

 

Dans un État qui mise sur les sciences et techniques pour atteindre ses objectifs de croissance économique et de développement durable, l’UFR des Sciences et Technologies doit davantage investir pour la formation d’étudiants qualifiés de spécialités diverses capables d’accompagner la mise en œuvre des politiques nationales actuelles. À cet effet, elle doit également innover et mieux professionnaliser les formations dispensées afin de mettre sur le marché du travail des produits opérationnels capables de répondre aux exigences de la communauté.

 

Par ailleurs, les recherches menées doivent avoir un impact réel sur la société. Pour cela, l’UFR gagnerait à soutenir des recherches interdisciplinaires afin d’aboutir à des connaissances globales des phénomènes étudiés.

 

Ainsi, pour mener correctement les missions qui lui sont confiées, l’UFR doit avoir une connaissance de ses forces qui constituent des atouts à optimiser mais également des faiblesses qui pourraient entraver son fonctionnement.

 

L’UFR doit également maîtriser son environnement extérieur en mettant en œuvre tous les moyens pour saisir les opportunités que lui offre ce dernier. Elle doit par contre maîtriser les menaces qui pourraient au même titre que les faiblesses compromettre les chances de relever les défis.

 

Les tableaux ci-dessous décrivent les forces, faiblesses, opportunités et menaces de l’UFR.

 

 

 

 

 

 

Tableau 5

Forces et faiblesses de l’UFR

 

FORCES FAIBLESSES
– Transparence dans la Gestion de l’UFR ;

 

– existence de plusieurs filières d’enseignement ;

 

– personnel jeune, compétent, dynamique et pluridisciplinaire ;

 

– filières professionnalisantes (Agroforesterie, Informatique…) ;

 

– évaluation périodique des programmes ;

 

– accréditation de beaucoup de programmes de l’UFR ;

 

– collaboration interne entre les différents départements de l’UFR ;

 

– émergence des projets de R/D dans certains départements ;

 

– disponibilité du personnel ;

 

– tenue régulière des conseils d’UFR et de département ;

 

– promotion des sciences à travers l’organisation de la fête de la science ;

 

– bonne collaboration  entre PER et PATS ;

 

– efficacité des PERS et PATS dans les tâches administratives dévolues ;

 

– conseil d’UFR en règle par rapport aux textes

 

– bon taux d’inscription sur les listes du CAMES

 

– existence de fonctions de services dans les différents départements ;

 

– existence de banques de sujets dans  certains départements ;

 

-existence de manifestationsscientifiques annuelles et biannuelles.

 

– Insuffisance des ressources financières ;

 

– déficit de personnel en PER et PATS ;

 

– insuffisance des infrastructures administratives, pédagogiques et de recherche ;

 

– insuffisance des équipements et produits de laboratoires ;

 

– insuffisanced’équipements de protection des techniciens de laboratoire ;

 

– source de financement non diversifiée ;

 

– stratégie de communication inopérante  manque de visibilité ;

 

– faiblesse du partenariat national et international ;

 

– absence d’une bibliothèque dédiée ;

 

– laboratoires de recherche non financés

 

– dispersion des locaux administratifs

– insécurité dans les bâtiments

 

-Absence de locauxphysiques pour les laboratoires de recherche existants

 

-démarrage tardive des cours

 

-gestion administrative trop matérialisée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 6

Opportunités et menaces de l’UFR

 

OPPORTUNITÉS MENACES
– Situation géographique stratégique de l’UASZ (ouverture de la Casamance vers la Gambie, la Guinée et la Guinée Bissau) ;

 

– fortes demandes pour la formation professionnelle et de cours àdistance

 

– fortes demandes de professionnels en formation continue

 

– potentialités naturelles de la région

 

-existence d’un réseau de fibre optique à l’UASZ.

 

 

– concurrencedes écoles privées ;

 

– enclavement et la perception de la région ;

 

– absence de subvention venant de l’extérieur ;

 

– troubles socio-politiques ;

 

– coûts élevés des titres de transport ;

 

– instabilité du réseau internet de l’UASZ ;

 

– risque de débauchage du personnel par les autres universités ;

 

– faible attractivité du cadre de travail ;

 

– forte dépendance à la subvention de l’État ;

 

– environnement socioéconomique peu incitatif au développement des filières professionnelles ;

 

– surcharge de travail de l’administratif ;

 

– manque de mesures incitatives pour fidéliser le personnel ;

 

– absence de ferme d’application pour le département d’agroforesterie

 

-changement climatique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV-Le plan d’actions

 

Faisant suite aux conclusions des analyses diagnostique et prospective et tenant compte des missions dévolues à l’institution, trois (03) axes stratégiques sont retenus et constituent le plan d’actions de l’UFR :

  1. améliorer la qualité de l’enseignement et de la recherche,
  2. améliorer la gouvernance et la visibilité de l’UFR et
  3. renforcer les infrastructures administratives, pédagogiques et de la recherche.

 

Les plans d’actions de ces axes décrivent les objectifs prioritaires, les actions à mener, les résultats attendus, les indicateurs responsables et les échéanciers.

 

4-1 Améliorer la qualité de l’enseignement et de la recherche

 

Comme rappelé dans les pages précédentes, la volonté de l’État de moderniser le système national d’enseignement supérieur s’est traduite par un certain nombre deréformes importantes initiées vers la fin des années 2000 et qui ont débouché sur l’élaboration du «Document de stratégie pour l’Enseignement supérieur au Sénégal 2011-2016» avec deux (02) axes stratégiques que sont l’amélioration de l’efficacité interne de l’enseignement supérieur et le développement d’un cycle d’enseignement professionnel court.

 

L’adoption de la loi 2011-05 du 30 mars 2011 relative au système LMD s’inscrit dans ce cadre. Il en est de même de la signature du projet de gouvernance et de financement de l’enseignement supérieur  axé sur les résultats (PGF-SUP) signé entre le gouvernement du Sénégal et la Banque mondiale.

 

Concernant la recherche, des actions importantes ont été entreprises par les pouvoirs publics. Il s’agit des subventions accordées aux enseignants dans le cadrenotammentdu Fonds d’Impulsion de la Recherche Scientifique et Technique (FIRST), le Projet d’Appui à la Promotion des Chercheures et des Enseignantes chercheures du Sénégal (PAPES), de l’organisation du concours du Grand Prix du Chef de l’État pour les sciences, du projet d’équipements et de modernisation des laboratoires.

 

L’UFR s’inscrit dans cette dynamique et se fixe les objectifs spécifiques ci-après :

  1. diversifier et améliorer les offres de formation,
  2. mettre en place une unité d’assurance qualité et
  3. consolider la politique de recherche.

 

 

 

 

 

Axe 1 : Améliorer la qualité de l’enseignement et de la recherche

Objectifs spécifiques Mesures Résultats attendus Indicateurs Responsables Planning
2018 2019 2020 2021 2022
OS 1 : diversifier et améliorer les offres de formation Créer des licences et masters professionnels etdes écoles d’ingénieur Amélioration de l’insertion professionnelle 3 licences professionnelles

2 masters professionnels

1 école d’ingénieur

– Vice-dir.,

– CDD et

– CDM

         
Évaluer et adapter les maquettes aux besoins du monde professionnel – Attractivité des licences et masters et

– amélioration de l’insertion professionnelle.

– 100% des maquettes sont évaluées et adaptées et

– au moins 50% de diplômés insérés

– Vice-dir.,

– CDD et

– CDM.

         
Renforcer la mise en œuvre de la pédagogie active Amélioration de la qualité de l’enseignement -80% des enseignants formés/renforcés en pédagogie active

-60% des enseignants utilisent la pédagogie active

– Directeur et

– CDD.

         
Former les nouvelles recrues en pédagogie active            
Renforcer l’utilisation des TIC dans les méthodes d’enseignement Intégration des TIC dans les méthodes d’enseignements -x cours mis en ligne

-x enseignants utilisent les TIC dans leurs enseignements

-X formations dispensées en ligne

 

– Vice- dir. et

– CDD

         
OS 2 : mettre en place une unité d’assurance qualité Créer l’unité d’assurance qualité L’unité d’assurance qualité est opérationnelle 100% de formations évaluées sont accréditées – Vice-dir et

– CDD.

         
OS 3 : consolider la politique de recherche  

Mettre en place des équipes de recherches pluridisciplinaires

 

– montage de projets, de programmes de recherches pluridisciplinaires

 

-03 projets de recherches pluridisciplinaires soumis par Laboratoire/an

-Liste des publications sur des thématiques pluridisciplinaires

 

– Directeur,

– CDD,

– Dir. labos et

– Commission recherche

         
OS 4 : développer des mesures incitatives pour les enseignants chercheurs  

Subventionner la publication des résultats de la recherche

 

* augmentation des publications scientifiques

 

 

– augmentation du budget de la subvention

 

– Dir.,

– CDD et

– Dir.Labos

         

 


4-2 Améliorer la gouvernance et la visibilité de l’institution

 

À l’image des autres secteurs de l’administration publique, l’enseignement supérieurétait une activité dont la gouvernance suivait essentiellement les règles des services publics. Mais avec les multiples crises que le secteur a traversées, il y eut de la part de l’État une remise en cause du mode de gouvernance qui était supposé ne plus garantir l’efficacité et l’efficience de ces structures. Cela a conduit à des réformes avec comme objectif une redéfinition du rôle de l’État. Celui-ci cessa alors d’intervenir directement dans la gestion administrative et financière des universités en faisant de ces dernières des établissements publics. Ces structures sont dorénavant dotées d’une autonomie administrative et financière et devraient générées des ressources propres destinées à prendre en charge les besoins en matière d’enseignement et de recherche. Toutefois, les universités sénégalaises ne parviennent pas encore à générer les ressources propres nécessaires à leur développement. L’essentiel des charges de fonctionnement est couvert avec la dotation de l’État et les investissements sont pris en charge dans le cadre duBudget Consolidé d’Investissement (BCI).

 

Face à cette situation, l’UFR se donne pour objectif d’améliorer la gouvernance afin de permettre à l’institution d’atteindre un niveau d’efficacité et d’efficience nécessaire à sa montée en puissance. À cet effet, elle poursuit les objectifs spécifiques contenus dans le plan d’action qui suit.

 


AXE 2

Améliorer la gouvernance et la visibilité de l’UFR

Objectifs spécifiques Mesures Résultats attendus Indicateurs Responsables Planning
2018 2019 2020 2021 2022
OS 1 : assurer  un fonctionnement régulier des organes délibérants Soumission aux différents conseils de toutes les questions qui relèvent de leurs compétences Conseils d’UFR et de département régulièrement convoqués Au moins quatre (04) conseils tenuspar an et les PV envoyés à la hiérarchie. Directeur d’UFR et

Chefs de départements.

         
Tenue des réunions de coordination entre services Bon déroulement des activités administratives Au moins quatre (04) réunions tenuespar an Directeur, CSA et chefs de services.          
OS 2 :assurer un bon fonctionnement des jurys d’examens Nomination des membres du jury – Convocations des jurys dans les délais requis ;

 

– participation effective des membres du jury aux délibérations et

 

– traitement à temps des réclamations.

-Résultat des examens disponibles un mois au plus tard après les examens

 

-Arrêtés de nomination des membres de jury disponibles avant les examens

– Directeur

-Vice-directeur

-Responsable Pédagogique et

– présidents de jury.

         
OS 3 : résorber le déficit en ressources humaines – Évaluer les besoins réels en personnel et

 

– pourvoi de postes de PER et de PATS.

– Surcharge de travail réduite pour le personnel et

 

– amélioration du % d’encadrement.

 

-Au moins 12postes d’enseignants /an pourvus

 

-au moins 05 postes de PATS /an pourvus

Directeur et CSA          
OS 4 : augmenter le budget de l’institution – Élaboration annuelle d’un dossier de requête de financement auprès du Rectorat, de l’État et des bailleurs

 

– renforcement des fonctions de services.

– Augmentation des allocations

 

– meilleure prise en charge des activités administratives et d’enseignement.

-Augmentation annuelle du budget de 10% par an

 

-augmentation de 5%/an des ressources tirées des fonctions de services

Directeur

CDD

CSA

 

         
OS 5 : améliorer la communication interne et externe Production et diffusion d’un rapport d’activités annuelles Les actions de l’UFR sont plus visibles Rapport disponible le 31 mars de l’année suivante CSA          
Accessibilité de l’information pédagogique, de recherche et administrative – Une meilleure diffusion de l’information ;

 

– les PV du conseil d’UFR et de département sont reçus par qui de droit

Indice de satisfaction des composantes de l’UFR Directeur, CDD          
Élaboration d’un plan de communication Une plus grande visibilité de l’UFR Existence d’un plan de communication CSA          
OS 6 :Informatiser la gestion administrative et renforcer les outils informatiques -Acquérir du matériel informatique suffisant et

-Acquérir des logiciels de gestion administrative de qualité pour les services et les départements

Plus de célérité dans le traitement des dossiers. Diminution du délai de traitement et de transmission des dossiers CSA          
OS 7 : renforcer les capacités des PATS Appuyer le PATS dans le renforcement des capacités Performance du personnel dans l’exécution des missions -Nombre de PATS bénéficiaires /an

 

Directeur et CSA.          

 

4-3 Renforcer les infrastructures administratives, pédagogiques et de recherche

 

Les réformes encours sur le système d’enseignement supérieur mettent l’accent sur le renforcement des infrastructures administratives, pédagogiques et de recherche comme en témoigne les blocs d’UFR en cours. Il s’agit pour l’État de renforcer les capacités d’accueil de ces structures pour augmenter l’accès mais également de les équiper afin d’améliorer la qualité des enseignements. La création de laboratoires équipés conformément aux standards internationaux entre dans cette volonté de l’Étatde développer la recherche scientifique et technique pour impulser le développement.

 

L’UFR s’inscrit dans cette dynamique et envisage au cours du prochain quinquennat d’acquérir des salles de travaux dirigés, des travaux pratiques et des laboratoires de recherche et de les équiper.

 

Pour un bon déroulement des travaux de terrain des enseignants et étudiants, l’UFR envisage également de renforcer le parc automobile. Ces objectifs sont décrits dans le plan d’actions ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Axe 3

Renforcer les infrastructures administratives, pédagogiques et de recherche

 

Objectifs spécifiques Mesures Résultats attendus Indicateurs Responsables Planning
2018 2019 2020 2021 2022
OS 1 :renforcer et équiper les infrastructures administratives, pédagogiques et de recherche Acquériret équiper des bureaux, des laboratoires et des salles de TP Amélioration des conditions de travail

Développement de la recherche

-tout le personnel dispose de bureau fonctionnel

 

– 06laboratoires disponibles et fonctionnels.

Directeur d’UFR          
OS 2 : assurer la maintenance des équipements des locaux administratifs, pédagogiques et de recherche Signer des contrats de maintenance avec des structures habilitées Maintenance régulière des équipements Au moins quatre (04) séances de maintenance par an Directeur d’UFR et

Chef des services généraux

         
OS 3 :disposer d’une ferme d’application pour le département d’agroforesterie Contacter les communes pour l’attribution d’un terrain d’application Affectation d’un espace d’application

 

Existence d’un bail ou d’un titre foncier Directeur d’UFR et

Chef département d’agro

         
OS 4 :acquérirune salle de documentation de cent cinquante (150) places équipées Élaborer un plan de construction et faire l’expression des besoins pour les ouvrages et le mobilier Existence d’une salle de documentation équipée. Salle de documentation fonctionnelle Directeur d’UFR      

 

 

 

 

 

   
OS 5 : rénovation des bâtiments de l’UFR et du bloc scientifique Identification des disfonctionnements au niveau des salles concernées Des salles sont rénovées et les conditions d’études sont améliorées Nombre de salles rénovées Directeur d’UFR          
OS 7 : renforcer le parc automobile de l’UFR Acquérir des bus et des véhicules de services Bon déroulement des sorties pédagogiques et d’autres travaux de terrain Nombre de bus et de véhicules de services achetés

 

 Directeur d’UFR

CSA

         

 

V – LE MECANISME DE FINANCEMENT

 

Le mécanisme de financement du plan stratégique de l’UFR Sciences et Technologies reposera essentiellement sur cinq (05) piliers :

 

– La subvention de l’État et les inscriptions pédagogiques

Le budget alloué par le Gouvernement constitue une dotation initiale à laquelle s’ajoutent les droits d’inscriptions pédagogiques des étudiants. La subvention de l’état devra être revue à la hausse les années à venir pour permettre à l’UFR de remplir sa mission. Aussi, dans l’hypothèse d’une réception rapide des infrastructures pédagogiques en construction, avec comme corollaire hausse constante des effectifs d’étudiants, les revenus générés par les droits d’inscriptions pédagogiques vont connaître un accroissement notoire.

 

– Les fonctions de services

Les fonctions de services notamment l’ouverture de formations payantes, la prestation de services par les équipes de recherche et la mise en place d’une ferme d’application, devront être développés afin de générer des ressources supplémentaires pour l’UFR.

 

– Les fonds compétitifs pour le financement de projets de recherche

Les différents laboratoires de recherche constitutifs de l’UFR devront élaborer des projets de recherche à soumettre aux fonds compétitifs nationaux et internationaux. Aussi, la coopération scientifique et technique sera développée avec les partenaires du nord et du sud afin de favoriser la mise en place des projets conjoints, fédérateurs capables de capter les financements internationaux qui privilégient de plus en plus les thématiques transversales basées sur des solutions endogènes.

 

– Le secteur privé

Dans une perspective  de diversification des sources de financement, l’UFR Sciences et Technologies devra résolument se tourner vers le secteur privé. En effet, il est possible de mobiliser le secteur privé qui devra apporter une contribution importante eu égard à l’option prise par l’UFR de proposer les résultats de la recherche aux entreprises afin de les rendre plus performantes et plus compétitives. Il va s’en dire que le partenariat avec le secteur privé reposera sur des conventions particulières précisant les rôles et responsabilités de chacune des parties.

 

– Les contrats de performance des universités

Le contrat de performance de l’UASZ, s’il est renouvelé, permettra de prendre en charge certains aspects de ce plan stratégique dont les objectifs recoupent ceux du contrat de performance.

 

– Le mécénat et le sponsoring

L’UFR développera une stratégie pour attirer les mécènes et autres donateurs. Aussi, dans le cadre de l’organisation des manifestations scientifiques, un sponsoring gagnant-gagnant sera proposé aux entreprises qui vont occuper une place dans les outils de communications (plaquettes, kakemono, posters….) en contrepartie d’une contribution financière conséquente.

 

Tableau

Sources prévisionnelles de financement du plan stratégique de l’UFR

 

Sources de financement Proportion
Fonds propres : Subvention Etat + DIP 60%
Fonctions de services 10%
Fonds compétitifs 10%
Contrat de performance de l’Université 10%
Partenariat avec le secteur privé 07%
Mécénat et sponsoring 03%

 

VI- LA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE

 

La stratégie de mise en œuvre consiste au déroulement decertaines activités nécessaires à l’atteinte des objectifs fixés dans les plans d’actions.

 

6-1 La coordination

 

La mise en œuvre du plan stratégique sera coordonnée par les responsables administratifs de l’UFR avec à leur tête le Directeur d’UFR. Il s’agit du vice-directeur, du CSA, des chefs de départements, du Directeur de l’Ecole Doctorale et des Responsables de Laboratoire.

 

6-2  Le suivi et l’évaluation

 

Le suivi est le processus systématique du recueil et d’analyse des informations pour déterminer de manière continue les progrès d’un programme au regard des résultats attendus. Elle devra se traduire par l’élaboration de rapports d’activités et des revues à mi-parcours.

 

Parallèlement au suivi, le plan stratégique fera l’objet d’évaluations annuelles et d’une évaluation finale à la fin du quinquennat. Ces évaluations consisteront en une estimation des performances de l’institution conformément aux objectifs fixés dans le plan stratégique.

Pour la réalisation de ces activités, un comité de suivi-évaluation sera désigné et devra élaborer des mécanismes appropriés de mise en œuvre desditesactivités.

 

6-3 La communication

 

La communication est un levier de performance indéniable pour la réussite de tout plan stratégique. Ainsi, pour une meilleure appropriation du plan stratégique par les différentes parties prenantes, l’UFR va axer sa communication principalement sur trois(03) piliers :

 

– diffuser, informer le grand public sur les enjeux du plan stratégique et les priorités de l’UFR ;

 

– diversifier les canaux de diffusion de l’information (Plaquettes, kakemonos, posters, brochures, flyers, blogs, site web, réseaux sociaux, etc.) et

 

– créer des objets publicitaires (stylos, clés USB, polos, blocs notes…).

 

Conclusion

 

Avec l’élaboration de son plan stratégique 2018-2022, l’UFR Sciences et Technologies a voulu se doter d’un outil de pilotage ambitieux qui permettra de maintenir le cap vers la réalisation d’un enseignement de qualité, en parfaite adéquation avec le monde du travail. À ce titre, sa validation et son appropriation par toutes les parties prenantes constituent des étapes importantes dans la construction d’une vision commune pour les cinq prochaines années et le renforcement des synergies pour jeter les bases d’une UFR performante au service du développement.

 


PLAN DE FINANCEMENT

Projets/Activités Montant SOURCES DE FINANCEMENT PLAN DE FINANCEMENT
Rectorat UFR État Partenaire Autres 2018 2019 2020 2021 2022
Évaluer et adapter les maquettes au besoin du monde professionnel 15 000 000 x x                
Renforcer la mise en œuvre de la pédagogie active 12 000 000 x                  
Renforcer le matériel informatique 357 880 900   x x X x          
Acquérir du mobilier de bureau pour les infrastructures construites 70 445 000    

x

 

x

 

x

 

x

         
Subventionner la publication des résultats de la recherche 85 000 000   x   X x          
Produire et diffuser le rapport d’activités annuelles de l’UFR 3 000 000    

x

               
Résorber le déficit en ressources humaines 120 000 000  

x

 

X

               
Appuyer le PATS dans les formations professionnelles 3 034 158 288 x x                
Construire des infrastructures administratives, pédagogiques et de recherche 250 000 000                    
Acquérir du matériel de laboratoire pour les labos nouvellement construits 855 000 000    

x

 

x

 

x

 

x

         
Assurer la maintenance des locaux 7 500 000                    
Rénover les bâtiments de l’UFR 10 000 000   x                
Acquérir des bus et des véhicules de service. 100 000 000                    
TOTAL                      

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANNEXE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LISTE DES DIFFERENTES PUBLICATIONS DE L’UR

Laboratoire d’Océanographie, des Sciencesde l’Environnement et du Climat (LOSEC)

  1. Responsable du Laboratoire : Bamol Ali SOW
  2. Publications scientifiques des cinq (05) dernières années au LOSEC (2012–2017)
  3. Revues indexées
  4. Ibrahima Diba, Moctar Camara, and Alioune Badara Sarr, “Impacts of the Sahel-Sahara Interface Reforestation on West African Climate: Intraseasonal Variability and Extreme Precipitation Events,” Advances in Meteorology, vol. 2016, Article ID 3262451, 20 pages, 2016.

doi:10.1155/2016/3262451.

  1. B. Sylla, F. Annor, R. Kasei, M.L. Mbaye, 2016: Water for Food, Economic Growth and Environment: Climate Variability and climate change over the Volta River Basin, book chapter 5 for the International Water Management Institute (IWMI): https://www.routledge.com/products/9781138900240.
  2. Mbaye M.L., Gaye B., Spitzy A., Gaye A.T., Afouda A. (2016) : Seasonal and spatial variation in suspended matter, organic carbon, nitrogen, and nutrient concentrations of the Senegal River in West Africa. Limnologica – Ecology and Management of Inland Waters.

doi:10.1016/j.limno.2015.12.003

  1. Sarr, A.B., Camara, M. and Diba, I., 2015: Spatial Distribution of Cordex Regional Climate Models Biases over West Africa.

International Journal of Geosciences, 6, 1018-1031. http://dx.doi.org/10.4236/ijg.2015.69081.

  1. Ringard, J., Dieppois, B., Rome, S., Diédhiou, A., Pellarin,T., Konaré, A., Diawara, A., Konaté, D., Dje, B.K., Katiellou, G.L., Seidou Sanda, I., Hassane, B., Vischel, T., Garuma, G.F., Mengistu, G., Camara, M., Diongue, A., Gaye, A.T., Descroix, L., 2015: The intensification of thermal extremes in west Africa, Global and Planetary Change,

doi:10.1016/j.gloplacha.2015.12.009.

  1. Milena Menna, Saliou Faye, Pierre-Marie Poulain, Luca Centurioni, Alban Lazar, Amadou Gaye, Bamol Sow, Dominique Dagorne 2015: Upwelling features off the Northwest Africa coast in 2009-2013. Bollettino di Geofisica Teorica ed Applicata, 57(1), p71-86.
  2. Faye S, Lazar A, Sow BA and Gaye AT 2015: A model study of the seasonality of sea surface temperature and circulation in the Atlantic North-eastern Tropical Upwelling System. Front. Phys. 3:76. doi: 10.3389/fphy.2015.00076.
  3. Diankha, O., M. Thiaw, A. Sow, T. Brochier, A. T. Gaye and P. Brehmer 2015: Round sardinella (Sardinella aurita) and anchovy (Engraulis encrasicolus) abundance as related to temperature in Senegalese waters. Thalassas, 31 (2), pp 9-17. ISSN 0212-5919.
  4. Mbaye, Let Gaye, A.T., (2015a): Evaluation des impacts du changement climatique sur les ressources en eau du fleuve Sénégal. Journal de la Journée Mondiale de l’eau.Ministère de l’Hydraulique et l’Assainissement, Sénégal, Pages: 19-21.
  5. Mbaye, L., Hagemann, S., Haensler, A., Stacke, T., Gaye, A.T. and Afouda, A. (2015b) Assessment of Climate Change Impact on Water Resources in the Upper Senegal Basin (West Africa). American Journal of Climate Change, 4, 77-93. http://dx.doi.org/10.4236/ajcc.2015.41008.
  6. Mbaye, M. L., Haensler, A., Hagemann, S., Gaye, A. T., Moseley, C. and Afouda, A. (2015b), Impact of statistical bias correction on the projected climate change signals of the regional climate model REMO over the Senegal River Basin. Int. J. Climatol.doi: 10.1002/joc.4478
  7. Ndoye, X. Capet, P. Estrade, B. Sow, D. Dagorne, A. Lazar, A. Gaye and P. Brehmer 2014:SST patterns and dynamics of the Southern Senegal-Gambia upwelling center. J. Geophys. Res. Oceans, 119, doi:10.1002/2014JC010242.
  8. Drame, M., Camara M., and Amadou T. Gaye, 2013: Intra-seasonal variability of aerosols and their radiative impacts on Sahel climate over the period 2000-2010 using AERONET data, International Journal of Geosciences,4, 267-273doi:10.4236/ijg.2013.41A024
  9. Jenkins, G, S.,M. L. Robjhon, Demoz, W. R. Stockwell, S. A. Ndiaye, M. S. Drame, M. Gueye, J. W. Smith, Y. Luna-Cruz, J. Clark, J. Holt, C. Paulin, A. Brickhouse, A. Williams, A. Abdullah, A. Reyes, L. Mendes, A. Valentine, M. Camara., 2013: Multi-site tropospheric ozone measurements across the north Tropical Atlantic during the summer of 2010,

Atmospheric Environment, 70, 131-148.

  1. Camara M., A. Diédhiou, A. Sow et al, 2013: Analyse de la pluie simulée par les modèles climatiques régionaux de CORDEX en Afrique de l’Ouest,

Sécheresse,24, 14-28.doi : 10.1684/sec.2013.0375

  1. Diallo I, Sylla MB,GayeAT, Camara M, 2013: Comparaison du climat et de la variabilité interannuelle de la pluie simulée au Sahel par les modèles climatiques régionaux.

Sécheresse, 24 : 96-106. doi :10.1684/sec.2013.0382.

  1. Diankha, B. A. Sow, M. Thiaw and A. T. Gaye 2013: Seasonal variability of sea surface temperature, chlorophyll-a and Ethmalosa fimbriata abundance off the coast of Senegal.

Journal of Integrated Coastal Zone Management 13(4): 479-485.

  1. Werner Alpers, Peter Brandt, Alban Lazar, Dominique Dagorne, Bamol Sow, Saliou Faye, Morten Hansen, Angelo Rubino, Pierre-Marie Poulain and Patrice Brehmer 2013: A small-scale oceanic eddy off the coast of West Africa studied by multi-sensor satellite and surface drifter data. Remote Sensing of Environment 129 (2013) 132 – 143.

 

  1. Diallo I., Sylla M.B., Camara M., Gaye A.T., 2012: Interannual variability of rainfall over the Sahel based on multiple regional climate models simulations, Theoretical and Applied Climatology, DOI 10.1007/s00704-012-0791-y
  2. Diallo I., M.B. Sylla, F. Giorgi, A.T. Gayeand Camara,2012: Multi-model GCM-RCM ensemble based projections of temperature and precipitation over West Africa for the early 21st century, International Journal of Geophysics,Volume 2012, Article ID 972896, 19 pages,

doi:10.1155/2012/972896

  1. Dramé, M., B. Bilal, Camara, V. Sambou and A. T. Gaye, 2012: Impacts of aerosols on available solar energy at Mbour, Senegal, Journal of Renewable and Sustainable Energy, 4, 013105, doi:10.1063/1.3682078
  2. Drame, M., Camara et A. T. Gaye, 2012: Simulation de l’impact des aérosols sur le rayonnement solaire à Mbour, Sénégal, La Météorologie, 79, 51-57
  3. Fontaine, B., P. Roucou, Camara, N. Vigaud, A. Konaré, S. I. Sanda, A. Diedhiou et S. Janicot, 2012:Variabilité pluviométrique, changement climatique et régionalisation en région de mousson africaine, LaMétéorologie, n° spécial AMMA, pp 41-48, doi : 10.4267/2042/48131

 

  1. Revues avec comité de lecture
  2. A. Sow, M. Camara, S. Diatta et S. Faye, 2012:Modélisation de l’upwelling côtier sénégalo-mauritanien: Variabilité saisonnière de la température de surface de la mer,

Sciencelib Editions Mersenne, Vol. 4, n° 120905

 

  1. Ouvrages à diffusion internationale avec comité de lecture

 

  1. Diankha Ousmane, Brehmer Patrice, Sow Bamol Ali, Thiaw Modou, Fall Massal, Gaye Amadou Thierno. 2016. Spatial and temporal variability of Sardinella aurita and Sardinella maderensis in Senegalese waters : effect of non-climatic variables. In : Brehmer Patrice, Ba Babacar, Kraus Gerd, 2016.

International conference ICAWA 2015 : extended book of abstract : the AWA project : ecosystem approach to the management of fisheries and the marine environment in West African waters. Dakar : Sub Regional Fisheries Commission SRFC/CSRP ; IRD, 2016, p. 39. International Conference AWA (ICAWA), 2, Dakar (SEN), 2015/11/17-19. ISBN 978-9553602-0-2

 

  1. Thiaw Modou, Mbaye Adama, Diadhiou Hamet Diaw, Kantoussan Justin, Goudiaby Khady.D., Sow Bamol Ali, Sadio Oumar, Brehmer Patrice. A new fisheries research team in the fisheries domain : Laboratory in Fisheries Sciences in West Africa ‘LEH-AO’. In : Brehmer Patrice, Ba Babacar, Kraus Gerd, (Ed.) 2016. International conference ICAWA 2015 : extended book of abstract : the AWA project : ecosystem approach to the management of fisheries and the marine environment in West African waters.

Dakar : Sub Regional Fisheries Commission SRFC/CSRP ; IRD, 2016, p. 39. International Conference AWA (ICAWA), 2., Dakar (SEN), 2015/11/17-19. ISBN 978-9553602-0-2

  1. Ringard J., B Dieppois, S. Rome S., B. D. Kouakou, D. Konaté, G.L. Katiellou, R. H. Lazoumar, I. Bouzou-Moussa, A. Konaré, A. Diawara, A.D. Ochou, A. Assamoi, Camara. Diongue, L. Descroix et A. Diedhiou, 2014: Évolution des pics de températures en Afrique de l’Ouest : étude comparative entre Abidjan et Niamey. 27éme colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 231-237.
  2. Sané, T, A. Sow, E. B. Dièye, M. Camara et S. Diatta, 2013: Impacts de la température de surface de la mer et du flux de mousson sur la pluviométrie en Basse-Casamance (Sénégal), Actes du XXVIème Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 452-457
  3. Sow, B. A., B. Sarr, M. Camara, C. Messager et S. Diatta2013: Evaluation statistique du modèle atmosphérique WRF à la station de Dakar-Yoff. 26ième Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 493-498.
  4. Camara, M., M. D. Diallo, A. Sow, S. Diatta et A. Diédhiou 2013: Analyse des erreurs systématiques d’un jeu de modèles climatiques régionaux en Afrique de l’Ouest. 26ième Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, pp 135-140.
  5. Camara, A. Diédhiou, B. A. Sow, et al.,2012: Variabilité intra-saisonnière et diurne de la pluie simulée par les modèles climatiques régionaux du programme CORDEX en Afrique de l’Ouest, Actes du 25ème colloque de l’Association Internationale de Climatologie, 159-164
  6. Sow, B. A., P. Marchesiello, Camara, C. Messager et S. Diatta2012: Impact de la température de surface de la mer sur les vents côtiers. Actes du 25ième Colloque International de Climatologie, pp 721-726.
  • Thématiques de recherche du LOSEC
  • Variabilité du climat ouest africain et ses interactions avec le climat global
  • Interactions océan–atmosphère,
  • Climat ouest africain-aérosols et Impacts climatiques,
  • Climat ouest africain-ondes d’Est africaines et cyclogenèse dans l’Atlantique Nord,
  • Variabilité de la moussonafricaine (saisonnière, interannuelle et décennale, etc.),
  • Téléconnections et variabilité climatique et
  • Evénements climatiques extrêmes et dynamiques associées
  • Modélisation du climat, changement climatique et prévision
  • Désagrégation d’échelle (Downscaling) de prévisions et de projections de modèles globaux,
  • Modélisation régionale atmosphérique,
  • Modélisation régionale de la circulation océanique et
  • Production et analyse de scénarios de changement climatique pour des études d’impacts.
  • Changement climatique et ressources en eau
  • Variabilité hydroclimatique,
  • Evénements extrêmes hydroclimatiques,
  • Etude qualitative et quantitative de la ressource en eau et
  • Impacts du changement climatique sur les ressources en eau.
  • Variabilité de la dynamique océanique et son influence sur l’écosystème marin dans les systèmes d’upwelling côtiers nord-ouest africains.
  • Dynamique des systèmes d’upwelling côtiers et impacts sur l’écosystème marin,
  • Relation SST–couche limite atmosphérique marine à la côte et
  • Impact des changements climatiques sur la variabilité des upwellings côtiers.
  • Recherche et développement
  • Climat-santé et
  • Environnement-Energie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laboratoire  de Mathématique et Applications

      I.          Le responsable du laboratoire : Marie Salomon SAMBOU

  • Parcours Universitaire :
  • Année : Doctorat (Math, Institut Fourier, 2001) et
  • Année : Autre Doctorat (Math, UCAD, 1999).
  • Parcours Professionnel :
  • Année : MA CAMES 2001,
  • Année : MC CAMES 2003,
  • Année : PT CAMES 2009,
  • Année : Directeur 2007 à 2010 et
  • Vice-recteur chargé des études : 2007 à 2013.

    II.          Thématiques de Recherche

  • Modélisation des systèmes complexes ;
  • Analyse et Contrôle des équations différentielles ordinaires ;
  • Systèmes dynamiques ;
  • Analyse et géométrie pluri complexe : Problème de Cauchy- Riemann et Cauchy-Riemann Tangentiel ;
  • Probabilité : Théorie des grandes déviations et mouvement Brownien ;
  • Mécanique non linéaire, stabilité ;
  • Géométrie algébrique et
  • Algèbre de Hopf.

A.    Retombées attendues des recherches pour la société

  • Aider à la compréhension de certains phénomènes naturels ;
  • Aider à contrôler les ressources naturelles pour assurer la pérennité de ces ressources dans le temps ;
  • Aider à la compréhension de la diffusion et au contrôle des maladies infectieuses.

B.    Composition du Laboratoire :

Permanents : En terme de PT, MC ou MA

  1. Salomon Sambou Professeur Titulaire,
  2. Oumar Sall Maître de conférences,
  3. Alassane Diédhiou Maître de Conférences,
  4. Diène NGOM Chargé d’enseignement,
  5. Edouard Diouf Chargé d’enseignement,
  6. Clément Manga chargé d’enseignement,
  7. Thomas Guedenon chargé d’enseignement,
  8. Ibrahima Mendy Chargé d’enseignement,
  9. Timack Ngom Maître assitant,
  10. Daouda Niang Diatta Maître assitant,
  11. Mansour Sané Maître assistant associé,
  12. Mouhamadou Samsidine Goudiaby Assistant et
  13. Emmanuel Nicolas Cabral Assistant.

III Publications des cinq dernières années (2012 – 2017)

Alassane Diédhiou

Voici la liste de mes publications des dernières années.

1- Homogenization of a Degenerate PDE with Non Linear Wentzell-Boundary Condition, International journal of Apllied Mathematics, Vol. 30, No. 1, 2017, 35-52 ;

2- Limit of a parabolic PDE solution depending on two parameters, International journal of Apllied Mathematics, Vol. 29, No. 3, 2016, 349-364 ;

3- Coupling homogenization and large deviations principle in a parabolic

PDE, Applied Mathematical Sciences, vol. 9, 2015, no. 41, 2019-2030 ;

4- Limit of the solution of a PDE in the degenerate case ;

Applied Mathematics, 2013, 4,338-342 ;

5- Parametric estimation for SDEs with additive sub-fractional Brownian motion, Journal of Numerical Mathematics and Stochastics, 3, 37-45, 2011 et

6- Cutoff and hitting times based on divergence measures, Statistics &Probability Letters Vol.79, 1343-1350, 2009.

Salomon Sambou

-S.Sambou ; M. Sané Résolution du dbar pour les formes différentielles ayant une valeur au bord au sens des courants dans un domaine strictement Pseudo convexe ;

-S. Sambou M. Sané : Quelques Résultats d’Isomorphisme entre Groupes de Co homologie. Ann. Polo. Math. 104 (2012) P 93-103 ;

-S.Sambou Résolution du d’d’’ pour les Courants Prolongeables définis dans la boule euclidienne de C^n. En collaboration avec Mamadou Dian Diallo et Eramane Bodian. C.R. Math. Rep. Acad. Sci. Canada. Vol 38 (1) 2016 pp 36-40 et

– S. Sambou ; Souhaibou Sambou : Résolution du d’d’’ pour les formes différentielles ayant une valeur au bord au sens des courants. A paraitre aux Annales Mathématiques Blaise Pascal de Clermont Ferrand.

Oumar Sall,

Timack Ngom,

Edouard Diouf,

Clément Manga,

Diène Ngom et

Thomas Guedenon.

 

The Brauer-Clifford group of (S,H)-Azumaya algebras over commutative rings Algebras and Representation Theory, vol. 16, n°1 pp. 101 à 127 2013
Projectivity and flatness over the endomorphism ring of a finitely generated quasi-Poisson comodule Journal of Algebra and its Applications, vol. 13, n°8 30 pp 2014
Relative projectivity and relative injectivity in the category of Doi-Hopf modules II [Beiträge zur Algebra und Geometrie, vol. 57, n°2 pp. 287 à 296 2015
On the cohomology of locally finite A#C-modules Beiträge zur Algebra und Geometrie, vol. 56, n°1 pp. 1 à 42 2015
Projectivity and flatness over the graded ring of normalizing elements Algebras and Discrete Mathematics, vol. 19,  n°2 pp 172 à 192 2015
Injectivity over the coendomorphism coring of a quasi-finite comodule Algebras, Groups and Geometries, vol. 33, n° 2 pp  121 à 136 2016

Nicolas Cabral,

Ibrahima Mendy,

Mansour Sané et

Daouda Niang Diatta.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laboratoire de géomatique etenvironnement  (LGE)

      I.          Responsable de Laboratoire : Ibrahima Mbaye

    II.          Research topics

Main axes of research Specific topics and key words Equips with implementation
1. Environment and

Natural resources

Topic: Natural stock management (GRN)

Key words: Potentialities, Constraints,Exploitation, Conservation, Restoration,

Durable management, Geomatic,Casamance, Islands of Saloum, Tambacounda, Kédougou,Sénégal.

Person in charge : Dr Alvarès G.F. BENGA

Contact :abenga@univ-zig.sn

Members : Dr SALL, Dr SENE, Dr SY

Dr FALL, Dr MBAYE, Dr DIEYE,

Dr SANE

Topic: Environment, Agriculture and Risks.

Key words: Agriculture, Pesticides,  Environmental evaluation, Risks,

Geomatic, Casamance, Senegal river Valley, Niayes, Sénégal.

Person in charge : Dr Amadou L A. FALL,

Contact :cherif.fall@univ-zig.sn

Members : DrSY, Dr SALL,

Dr MBAYE, Dr BENGA, Dr SENE,

Dr DIEYE, Dr SANE.

2. Climate changes and impacts Topic: Impacts and strategies of adaptation of the climate changes

Key words: Climatic variability, Impacts, Indicators, Models, Forecast, Adaptation, Geomatic, Geographical areas, Senegal.

Person in charge : Dr Ibrahima MBAYE

Contact :imbaye@univ-zig.sn

Members : Dr SALL, Dr FALL,

Dr SENE, Dr BENGA, Dr SY,

Dr DIEYE, Dr SANE, Dr CAMARA.

3. Spaces, Societies and Installation

 

Topic: Decentralization, Local development and territorial Recombining

Key words: Local government agencies, actors, Territorial development, Sociospace inequalities, Stakes, Governorship, Geomatic, Casamance, Sub-region, Senegal.

Person in charge : Dr Abdourahmane M. SENE

Contact :asene@univ-zig.sn

Members : Dr SY, Dr MBAYE,

Dr SALL, Dr FALL, Dr DIEYE,

Dr SANE.

Topic: Urbanization/Sub-urbanization

Key words: Urban Dynamics, Stakes, Impacts, Mobility, Geomatic, Ziguinchor,  Kaolack, Mbour, Senegal.

Person in charge : Dr Oumar SALL

Contact :ousall@univ-zig.sn

Members : Dr MBAYE, Dr SY,

Dr SENE, Dr BENGA, Dr DIEYE,

Dr SANE.

  III.          Thématiques de recherche

Principaux axes de recherche Thèmes spécifiques et mots clés Equipes de mise en œuvre
1. Environnement et Ressources naturelles Thème : Gestion des Ressources Naturelles (GRN)

Mots clés : Potentialités, Contraintes,  Exploitation, Conservation, Restauration, Gestion durable, Géomatique, Casamance, Iles du Saloum, Tambacounda, Kédougou et Sénégal.

Responsable : Dr Alvarès G F. BENGA

Contact :abenga@univ-zig.sn

Membres : Dr SALL, Dr SENE, Dr SY, Dr FALL, Dr MBAYE, Dr DIEYE et Dr SANE.

Thème : Environnement, Agriculture et Risques.

Mots clés : Agriculture, Pesticides,  Evaluation environnementale, Risques,

Géomatique, Casamance, Vallée du fleuve Sénégal, Niayes, Sénégal.

Responsable : Dr Amadou L.A. FALL,

Contact :cherif.fall@univ-zig.sn

Membres : Dr SY, Dr SALL,

Dr MBAYE,Dr BENGA,

Dr SENE,Dr DIEYE et

Dr SANE.

2. Changements climatiques et impacts Thème : Impacts et stratégies d’adaptation aux changements climatiques.

Mots clés : Variabilité climatique, Impacts, Indicateurs, Modèles, Prévision, Adaptation, Géomatique, Zones éco géographiques,  Sénégal.

Responsable : Dr Ibrahima MBAYE

Contact : imbaye@univ-zig.sn

Membres : Dr SALL, Dr FALL, Dr SENE, DrBENGA, Dr SY,

Dr DIEYE, Dr SANE et

Dr CAMARA.

3. Espaces, Sociétés et Aménagement Thème : Décentralisation, Développement local et Recomposition territoriale

Mots clés : Collectivités locales, acteurs, Développement territorial, Inégalités socio-spatiales, Enjeux, Gouvernance, Géomatique,   Casamance, Sous-région, Sénégal.

Responsable : Dr Abdourahmane M. SENE

Contact : asene@univ-zig.sn

Membres : Dr SY, Dr MBAYE, Dr SALL, Dr FALL, Dr DIEYE et Dr SANE.

Thème : Urbanisation/Périurbanisation

Mots clés : Dynamiques urbaines, Enjeux, Impacts, Mobilité, Géomatique, Ziguinchor,  Kaolack, Mbour, Sénégal.

Responsable : Dr Oumar SALL

Contact : ousall@univ-zig.sn

Membres : Dr MBAYE, Dr SY, Dr SENE, Dr BENGA,

Dr DIEYE et Dr SANE.

 

 

Laboratoire de Chimie et Physique des Matériaux (LCPM)

      I.          Le responsable du Laboratoire: Cherif BALDE

 

PREAMBULE : Il s’agit d’un centre de recherche à vocation pluridisciplinaire.À partir de l’ensemble de nos compétences scientifiques en Chimie et Physique du Solide, Science des Matériaux et Sciences Moléculaires, et de nos moyens techniques de synthèse, de mise en forme et de caractérisation des matériaux, nos activités se focalisent sur trois grands secteurs concernant l’énergie, les matériaux fonctionnels, les nanomatériaux, l’environnement et le développement durable.

La complémentarité des approches et la synergie ainsi créées ont permis au LCPM de conforter sa reconnaissance nationale et internationale dans le domaine des matériaux avec des collaborations très fortes avec des laboratoires et Instituts de Recherche nationaux et internationaux.

Le partenariat industriel est également très fortement développé. Les collaborations avec les entreprises privées comme publiques jouent également un rôle essentiel. Il s’agit de développer des recherches plus appliquées afin de lever des verrous technologiques et ainsi contribuer au développement du tissu socio-économique. Le service à la communauté occupe une place importante dans

Si la recherche nécessite culture et expérience, elle a surtout besoin de créativité et de dynamisme. Un vivier important de jeunes chercheurs est, dans ce contexte, un gage de réussite. La formation des jeunes, par et pour la recherche, est l’une de nos missionsprincipales.

La plupart des projets sont financés par des fonds compétitifs du MESR (programme FIRST) ou UEMOA.

La structure scientifique du LCPM s’organise en groupe de recherche et en actions transversales. Les trois groupes de recherche qui composent le LCPM sont :

  • Groupe des Matériaux Inorganiques : Chimie douce etCristallographie (GMI),
  • Groupe de Physique des Semi-conducteurs et Ferroélectricité (GPSF) et

·       Groupe de Chimie Organique et Thérapeutique (GCOT).

Le Laboratoire de chimie et physique des matériaux (LCPM) regroupe des chimistes et des physiciens qui conjuguent leurs compétences pour ouvrir de nouveaux champs d’investigation, tout particulièrement dans le domaine des matériaux hybrides.

Chaque laboratoire est composé de groupes, d’actions transversales et éventuellement d’actions thématiques, auxquels les chercheurs sont affectés.

 

 

    II.          Thématiques de Recherche

Les axes de recherche :

Chaque groupe comprend plusieurs thèmes de recherche qui lui est propre et un thème commun. La thématique de recherche commune est : Élaboration et étude de nouveaux matériaux et nanostructures à propriétés magnétiques électriques ou optiques inédites.Chaque groupe comprend plusieurs thèmes de recherche qui lui est propre :

Groupe des Matériaux Inorganiques : Chimie douce et Cristallographie (GMI)

Responsable : Pr Magatte CAMARA : Matériaux Moléculaires Hybrides Organiques-

Inorganiques avec la spécificité d’utiliser des métaux appartenant à la série des lanthanides / Cristallochimie Cristallographie / Chimie Moléculaire à base de complexes de coordination / Matériaux Multifonctionnels : Photo-, Piézo-, Thermo-commutation / Nanosciences : stockage de données, bistabilité moléculaire / Matériaux organique et inorganique : traitement de l’eau. Projets de recherche en cours :Polymère de coordinations luminessants : vers la lumière blanche / Conception de matériaux moléculaires magnétiques nouveaux présentant des variations de propriétés physiques sous l’effet d’une perturbation extérieure (température, lumière, pression).

Groupe de Physique des Semi-conducteurs et Ferroélectricité (GPSF),

Responsable : Dr Kobor Diouma : Élaboration et croissance de matériaux pour l’électronique, l’optique et le photovoltaïque / Mesures de données météorologiques / Caractérisation physico-chimique, diélectrique, piézoélectrique, pyroélectrique et mécanique Domaine de recherche : Électronique, Énergie solaire et développement durable, Microélectronique, Nanotechnologies, capteur chimiques, semi-conducteur organique Projet de recherche en cours : Élaboration et Caractérisation de matériaux à base de polymères organiques et organométalliques pour cellules photovoltaïques et composants électroniques, Réalisation de Bandeau pour la sécurité physiologique des travailleurs portant des équipements de protection intégrant des outils d’analyse biochimique. L’idée étant de  nanotechnologies. Partenaires (LAAS-CNRS, CEA, CAPTOMED, PAUL BOYE Technologies, CRSSA, Institut de recherche PIERRE FABRE).

Groupe de Chimie Organique et Thérapeutique (GCOT)

Responsable : Dr Mbaye Diagne MBAYE, Synthèse de molécules hybrides et nanoparticules / Valorisation des plantes médicinales en chimie fine et étude de leurs activités biologique / Méthodologie de synthèse : Chimie organométallique, synthèse asymétrique, photochimie et chimie médicinale.

Domaine de recherche : Chimie thérapeutique, valorisation des agro ressources en chimie fine Projet de recherche en cours : Étude des fractions antidiabétiques des graines et feuilles du Moringa oleifera Lam, et de la couche fibreuse de la noix de coco (cocos nuciféra) (Projet Firt) et Synthèse de flavonoïde et d’anthraquinone modifiés extrait du cassia occidentalis : étude de leur activité anti-paludique (projet de thèse)

 

III Publications scientifiques des cinq (05) dernières années  (2012–2017)

Liste de la production scientifique du LCPM : quatre-vingt-douze (92) articles ont été publiés dans des journaux scientifiques à fort impact factor depuis 2012 (voir la liste sur fichier Excel joint à ce document). Des dizaines de communications orales et par affiches ont été également effectuées par les chercheurs du LCPM lors de conférences nationales et internationales.

Année Titre de la Publication

(ou de la Communication)

Article ou Communication Auteurs Revue

(ou Congrès, Conférence…)

2017 Effects of Metal Dilution on the Spin-Crossover Behavior and Light Induced Bistability of Iron(II) in [FexNi1-x(bpp)2](NCSe)2 Article Chérif Baldé,

Cédric Desplanches,

Jean François Létard et Guillaume Chastanet.

POLYHEDRON
2017 On the Role of the Internal Pressure on the Photo-Induced Spin-Crossover behavior of [FexM1-x(phen)2(NCS)2] solid solutions (M=Ni(II), Zn(II) and Cd(II)) Article Mame Seyni Sylla, Chérif Baldé, Nathalie Daro,

Cédric Desplanches, Mathieu Marchivie et Guillaume Chastanet.

EUROPEAN JOURNAL OF INORGANIC CHEMISTRY
2017 High Brightness and Easy Color Modulation in Lanthanide-Based Coordination Polymers with 5Methoxyisophthalate as Ligand: Toward Emission Colors Additive Strategy Article M. Camara et al. Cyst. Growth Des. 2017, 17, 1224−1234
2017 Lanthanide coordination polymers with 1,2-phenylenediacetate Article M. Camara et al. Inorganica Chimica Acta 461 (2017) 136–144
2017 Asymmetric synthesis of glutamate derivatives Article R, Seck, A, Gassama,  M, Nour, L, Demange, and Christian Cavé Arkivoc
2017 Structural determination of triterpenoids isolated from leaves combretum glutinosum Perr. Ex DC (Combretaceae) Article Daouda N’DIAYE, Mbaye Diagne MBAYE, Abdoulaye GASSAMAet Serge PILARD International Journal of Biological and chemical Sciences
2017 A Question of Flexibility in Cytochrome c Oxidase Models Article Pauline Vorburger, Mamadou Lo, Sylvie Choua, Maxime Bernard, Frédéric Melin, Nesrine Oueslati, Corinne Boudon, Mourad Elhabiri, Jennifer A. Wytko, Petra Hellwig and Jean Weiss In Press
2017 Synthesis and Crystal Structure of Anickel (II) and Zinc (II)Complex From 1,5-Bis [(2-Thiophenyl) Methylidene]Thiocarbonohydrazide article Djiby LO, Mahy DIAW, Papa Aly GAYE, Moussa DIENG,OusmaneDIOUF, Aliou Hamady BARRY, Abdou Salam SALL et Mohamed GAYE Journal of Applied Chemistry (IOSR-JAC)(Jan. 2017), PP 83-89
2017 Influence of Temperature and Pentacene Thickness on the Electrical Parameters in Top Gate Organic Thin Film Transistor. article D. Kobor et al. Advances in Materials Physics and Chemistry
2017 3D Study of a Bifacial Polycrystalline Silicon Solar Cell Back Surface Illuminated: Influence of Grain Size and Recombination Velocity article M. Thiame et al. Journal of Scientific and Engineering Research
2017 Atomic Model of the Solar System Putting into Evidence a Tenth Celestial Object Coupled To Pluto article I. Sakho et al. J Astrophys. Aerospace Technol. 5, 1.
2016 Synthesis and characterization of two novel M(II) (M= Co or Cu ) complexes with a long
flexible and neutral tetradentate dipyridyl ligand
article Djiby Lo, Papa Aly Gaye, Ibrahima Elhadj Thiam,Aliou Hamady Barry, Abdou Salam Sall,Mohamed Gaye et Pascal Retailleau J. Soc. Ouest-Afr. Chim.(2016), 042 : 43 – 51
2016 Sustainable Conversion of Agriculture and Food Waste into Activated Carbons Devoted to Fluoride Removal from Drinking Water in Senegal. article Mohamad M. Diémé, Maxime Hervy, Saïdou N. Diop, Claire Gérente, Audrey Villot, Yves Andres et Courfia K. Diawara International Journal of Chemistry
2016 Etude physico-chimique et minéralogique comparative des attapulgites de Mbodiène (Sénégal) et de Mormoiron (France) article R-S. GUEYE, C. DAVY, A. Ndiaye, M. BALDE, A. MBAYE, M. CAMARA, Y. NDAO, Y. TINE, A. DIEDHIOU, I. NDOYE, M. SECK, D. FALL, M-B. DIOP et A. Welé International, Journal and Biological  and Chemical Sciences
2016 Comparison of the Gasification of Cashew Wood and Cashew nut shells chars with CO2 and Steam. Article L. G. Ndiaye,

A. Diedhiou,

A. Bensakhria et

O. Sock

Research Journal of Chemical Sciences
2016 Influence of pyramids and inverted pyramids on silicon optical properties Article M. Touré, D. Kobor,

L. G. Ndiaye,

A. Ndiaye et M. Tine

Energy and Sustainability Conference (IESC)
2016 Influence of pyramids and inverted pyramids on silicon optical properties Article D. Kobor,

L.G. Ndiaye, M. Tine et A. Ndiaye

IEEE, IESC 2016, IEEE Xplore
2016 Electrical Instability in Pentacene Transistors with Mylar and PMMA/Mylar Gate Dielectrics Transferred by Lamination Proces Article D. Kobor et al. Journal of Applied Mathematics and Physics
2016 Kaolin intercalated by urea. Ceramic applications Article D. Kobor et al. Construction and Building Materials
2016 Performance analysis of the first large-scale (15 MWp) grid-connected photovoltaic plant in Mauritania Article A. Ndiaye et al. Energy Conversion and Management
2016 3D study of a Polycrystalline Bifacial Silicon Solar Cell, Illuminated Simultaneously by Both Sides: Grain Size and Recombination Velocity Influence Article M. Thiame et al. Int. J. In. Sc. Eng. & Technol.
2016 Energy Dissipated by an Aster Accelerated in a Gravitational Field: Estimation of the Lifetime of a Planet or a Star Being Destroyed Article I. Sakho et al. J Astrophys Aerospace Technol
2016 Screening constant by unit nuclear charge Calculations of Resonance Energies and Widths of the 3pns 1,3P° and 3pnd 1P° Rydberg series of Mg-like (Z = 13-26) ions Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem.
2016 Photoionization study of Ne-like K9+ Ca10+, Sc11+, Ti12+, V13+, Cr14+, Mn15+, and Fe16+ ions using the Screening constant by unit nuclear charge method, Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem
2016 Photoabsorption of the ground state of Ne and of Ne-like Na+, Mg2+, Al3+, Si4+, P5+, S6+, and Cl7+ ions Article I. Sakho et al. At. Data. Nuc. Data Tables 108, 57.
2015 Kinetic description and reaction control investigation when gasifying a biomass waste. Article L. G. Ndiaye,

A. Bensakhria,

A. Khelfa et O. Sock

International Journal of Latest Research in Science and Technology
2015 Efficiency of Nanofiltration Membrane TFC–SR3 and SelRo MPF-34 for Partial Elimination of Fluoride and Salinity from Drinking Water article Mouhamadou A. Diallo, Saidou N. Diop, Mohamad M. Diémé et Courfia K. Diawara Journal of Water Resource and Protection
2015 Decoupled Spin Crossover and Structural Phase Transition in a Molecular Iron(II) Complex Article L-J. K Cook, H-J. Shepherd, T-P. Comyn, C. Baldé,

O. Cespedes,

G. Chastanet et M-A. Halcrow

CHEMISTRY A EUROPEAN JOURNAL
2015 Towards synergy between spin-crossover and metal–ligand bond break in molecular crystals: structural investigations of eight sevencoordinated Fe(II) macrocyclic complexes Article H. Wang, A. Grosjean, C. Sinito, A. Kaiba,

C. Baldé,

C.Desplanches,

J-F. Létard et

P. Guionneau

ROYAL SOCIETY OF CHEMISTRY, CrystEngComm
2015 Etude de lactivité antioxydante des extraitsdes feuilles de Vitex doniana (Verbenacea) Article M. Camara et al. International Journal of Biologican and Chimical Sciences  (2015) 9, 3 , 1263
2015 Synthesis of N-Substituted piperidines from piperidone, Article Abdoulaye Gassama et Armel Diatta  J. Soc. Ouest-Afr. Chim.
2015 Structural and impedance characterization of ceramics prepared from NPK fertilizer Article D. Kobor et M. Tine Processing and Application of Ceramics
2015 Simple Method for Phosphorus Diffusion on <100> Oriented P-TypeSilicon Using New Phosphorus Gel as Dopant Article D. Kobor et al. Applied Physics Research
2015 Procédé de Réalisation de Nano ou microtrous Spiro-coniques sur Substrat Silicium Article D. Kobor et al. Brevet (OAPI)
2015 X-ray wavelengths and Auger transition energies of 1s2p4 (2S2,4P, 2D) resonances in B-like (Z = 6 – 18) ions Article I. Sakho et al. Phys. Scr
2015 K-shell X-ray energy and width resonances of Nitrogen and Oxygen Atoms Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem.
2015 Photovoltaic Platform for Investigating PV Module Degradation Article A. Ndiaye et al. Energy Procedia
2015 Outdoor performance analysis of a monocrystalline photovoltaic module: Irradiance and temperature effect on exergetic efficiency Article A. Ndiaye et al. International Journal of Physical Sciences
2014 The role of iron(II) dilution in the magnetic and photomagnetic properties of the series [FexZn1−x(bpp)2](NCSe) Article Chérif Baldé, Cédric Desplanches, Fréderic Le Gac et Philippe Guionneau and Jean-François Létard ROYAL SOCIETY OF CHEMISTRY: DALTON TRANSACTIONS
2014 Coordination Polymers with 5‑Methoxyisophthalate as Ligand: Article M. Camara et al. Journal de la Société  Ouest Africaine de Chimie, 2014, 037 ; 43 – 48.
2014 Toward Emission Colors Additive Strategy Article M. Camara et al. Acta Crystallographica Section E, 2014, E70, m284 – m285.
2014 Poly[[nonaaquabis(μ-5-hydroxybenzene-1,3-dicarboxylato)(5-hydroxybenzene-1,3-dicarboxylato) dicerium(III)] hexahydrate], 2014. Article M. Camara et al. Acta Crystallographica Section E, 2014, E70, m181–m182
2014 Study of cashew nut shells valorization by gasification Article A. Diedhiou,

A. Bensakhria,

L-G. Ndiaye, A. Khelfa et O. Sock

Chemical Engineering Transactions
2014 Phosphorus Based Ceramics for Positive Electrode Synthesis and Characterization Article D. Kobor et M. Tine Journal of Modern Physics
2014 Development of a Charge Controller Dedicated to the Small Wind Turbine System Article A. Ndiaye et al. Energy and Environment Research
2014 Degradation evaluation of crystalline-silicon photovoltaic modules after a few operation years in a tropical environment Article A. Ndiaye et al. Solar Energy
2014 Calculations of high lying (2pns) 13P° and (2pnd) 13P° Rydberg states of Be atom via the Modified Atomic Orbital Theory Article I. Sakho et al. Chin. J. Phys
2014 General formalism of the modified atomic orbital theory for the Rydberg series of atoms and ions: application to the photoionization of Ne+ Article I. Sakho et al. J. At. Mol. Sci
2014 Investigations of Rydberg series from photoionization processes of N3+  O4+  and Ar8+ ions Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem.
2014 K-shell photoionization of B-like oxygen (O3+) ions: experiment and theory Article I. Sakho et al. J. Phys. B. At. Mol. Opt. Phys
2014 K-Shell Photoionization of B-like Atomic Nitrogen Ions: Experiment and Theory. Article I. Sakho et al. J. Phys. B. At. Mol. Opt. Phys
2014 Screening Constant by Unit Nuclear Charge Calculations of High lying Energy resonances in the Photoionization Spectra of Halogen-like Kr+ ion Article I. Sakho et al. At. Data. Nuc. Data Tables
2014 Photoionization study of the F2+ ion via the Screening Constant by Unit Nuclear Charge method Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem
2014 Doubly excited 1 3P° resonances of helium below the N = 2–9 ionization thresholds Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem
2014 Screening Constant by Unit Nuclear Charge calculations of energies and fine structure splitting for Li-like ions Article I. Sakho et al. Chin. J. Phys.
2014 Modified Orbital Atomic Study of Dominant Rydberg series in the Photoionization Spectra of Halogen-like Kr+ and Xe+ ions Article I. Sakho et al. Chin. J. Phys.
2013 Degradations  of Silicon Photovoltaic Modules : A Literature Review Article A. Ndiaye et al. Solar Energy
2013 A novel method for investigating photovoltaic module degradation Article A. Ndiaye et al. Energy Procedia
2013 Impact of dust on the PV modules characteristics after an exposition year in Sahelian environment: the case of Senegal Article A. Ndiaye et al. International Journal of Physical Sciences
2013 K-Shell photoionization of Be-like and Li-like ions of atomic nitrogen: experiment and theory Article I. Sakho et al. J. Phys. B: At. Mol. Opt. Phys.
2013 Photoabsorption of H- and He via the Modified Atomic Orbital Theory: Application to the 1P°- Rydberg states Article I. Sakho et al. Chin. J. Phys
2013 Screening Constant by Unit Nuclear Charge calculations of high lying (2pns) 13P° and (2pnd) 13P° states of the B+ Ion Article I. Sakho et al. At. Data. Nuc. Data Tables
2013 Energy resonances and Widths of the 2pns 1P° and 2pnd 1P° Rydberg series of Be-like ions Article I. Sakho et al. Phy. Scr
2013 Screening Constant by Unit Nuclear Charge calculations of energy positions and widths of the 3pns 13P 3pnd 13P and 3pnd 3D Rydberg series of Mg Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem.
2013 Calculations of high lying energy resonances in the photoionization spectra of Ne+ using the Screening Constant by Unit Nuclear Charge method Article I. Sakho et al. Rad. Phys. Chem.
2013 DETERMINATION OF THE IMPACT OF THE GRAIN SIZE AND THE RECOMBINATION VELOCITY AT GRAIN BOUNDARY ON THE VALUES OF THEELECTRICAL PARAMETERS OF A BIFACIAL POLYCRISTALLIN SILICON SOLAR CELL Article M. Thiame et al. Engineering Science and Technology: An International Journal
2013 CAPACITANCE DETERMINATION OF A VERTICAL PARALLEL JUNCTION SOLAR CELL UNDER MULTISPECTRAL ILLUMINATION IN STEADY STATE Article M. Thiame et al. International Journal of Innovative Technology and Exploring Engineering
2013 Characterization of natural and chemically modified kaolinite from Mako (Senegal) to
remove lead from aqueous solutions to remove lead from aqueous solutions
Article A. MBAYE,

C. A. K. DIOP ,

J. M. BRENDLE,

F. SENOCQ and

F. MAURY

Clay minerals
2013 Light-Induced Excited Spin-State Properties in 1D Iron(II) Chain Compounds Article Chérif Baldé, Wolfgang Bauer, Eike Kaps, Suzanne Neville, Cédric Desplanches, Guillaume Chastanet, Birgit Weber and Jean François Létard EUROPEAN JOURNAL OF INORGANIC CHEMISTRY
2013 Poly[[octaaqua-µ4-(benzene-1,2,4,5-tetracarboxylato)dicobalt(II)] octahydrate], 2013. Article M. Camara et al. Acta Crystallographica Section E, 2013, E69, m680-m691.
2013 Synthesis and crystal structure of a new calcium-containing trimesate coordination polymer: [Ca3(btc)2(H2O)12]∞, 2013. Article M. Camara et al. Journal de la Société Ouest Africaine de Chimie, 2013,  035 ; 57 – 63.
2013 Structural and luminescence charaterisations of  Lanthanides – based coordination polymers involving naphthalene-1,4,5,8-tetra-carboxylate as ligand, 2013. Article M. Camara et al. Inorganica Chimica  Acta, 2013, 401, 11-18.
2013 Sulfonated Surfactants Obtained from Furfural Article Norbert Hoffmann, Abdoulaye Gassama, Ali Youssef et Emmanuel Riguet Green Chem.
2013 Structural determination of news flavones C-glycosides and trans(S, E)-(-) Clovamide isolatedIcacinasenegalensisJussleaves (Icacinaceae) Article Anastasie Manga, Abdoulaye Gassama, Emmanuel Bassene et Catherine Lavaud  J. Soc. Ouest-Afr. Chim.
2013 Chemical Diastereoselective Addition of Organomagnesium and Organolithium Reagentsto Chiral Article Fabienne Grellepois, Abdelkhalek Ben Jamaa, and Abdoulaye Gassama European Journal of Organic Chemistry,
2013 Chemical and Pharmacological Study of antidiabetic fractions of Icacinasenegalensis leaves Article Manga. A, Gassama, A. Fall, A. D. Diatta, K. ; Diatta, W., Sy, G. Y.; Bassene, B. Med. Afr. Noir
2013 Structural determination of nems flavones C-glycosides and trans (S,E)- (-) clovamide isolated Icacina senegalensis Juss leaves (Icacinaceae) Article Anastasie MANGA, Abdoulaye GASSAMA, Gata Yoro SY, Emmanuel BASSENE, Catherine LAVAUD J. Soc. Ouest-Afr. Chim. (2013) 035; 15-27
2013 Etudes pharmacologique de fractions antidiabétiques de feuilles d’Icacina oliviformis (Poret) Raynal Article A. MANGA, A. GASSAMA, A.D. FALL, K. DIATTA, W. DIATTA, G.Y. SY, E. BASSENE. Médecine d’Afrique Noire. 2013, Vol.60, N°12
2012 Cascading photoinduced, elastic, and thermal switching of spin states triggered by a femtosecond laser pulse in an Fe(III) molecular crystal Article M. Lorenc, C. Baldé, W. Kaszub, A. Tissot, N. Moisan, M. Servol, M. Buron-Le Cointe, H. Cailleau, P. Chasle, P. Czarnecki, M. L. Boillot and E. Collet PHYSICAL REVIEW B
2012 Ultrafast spin-state photoswitching in a crystal and slower consecutive processes investigated by femtosecond optical spectroscopy and picosecond X-ray diffraction Article E. Collet, N. Moisan, C. Baldé, R. Bertoni, E. Trzop, C. Laulhé, M. Lorenc, M. Servol, H. Cailleau,

A. TISSOT,

M-L Boillot,

T. Graber, R. Henning, P. Coppens et M-B. Le Cointe,

ROYAL SOCIETY OF CHEMISTRY, Physical Chemistry Chemical Physics
2012 Intermolecular control of thermoswitching and photoswitching phenomena in two spin-crossover polymorphs Article M. Buron-Le Cointe,

J. Hébert, C. Baldé,

N. Moisan,L. Toupet, P. Guionneau,

J. F. Létard,E. Freysz, H. Cailleau and

E. Collet

PHYSICAL REVIEW B
2012 A Family of Discrete Magnetically Switchable Nanoballs Article M-B. Duriska,

S-M. Neville,

B. Moubaraki,

K-S. Murray, C. Baldé, J-F. Létard,

C-J. Kepert and S-R. Batten

CHEMPLUSCHEM
2012 Synthesis and characterization of regioselectivelymonoderivatizedmaltooligosaccharides through a Article David Lesur, Abdoulaye Gassama,Arnaud Brique,Florence Djedaïni-Pilard Arkivoc
2012 Mn Effect on Nonlinear and Structural Properties of <110> Oriented PZN-4.5PT Single Crystals Article D. Kobor Journal of Modern Physics
2012 Determination of the Vibro-Rotational Constants, the Dipole Moment’s Function and the Intensities of the HTO’s ν1 (ν3 by Usual Convention) Band Article M. Tine, D. Kobor et

I. Sakho

Journal of Modern Physics
2012 THEORETICAL STUDY OF A PARALLEL VERTICAL MULTI-JUNCTION SILICON CELL UNDER MULTISPECTRAL ILLUMINATION: INFLUENCE OF EXTERNAL MAGNETIC FIELD ON THE ELECTRICAL PARAMETERS Article M. Thiame et al. International Journal of Advanced Technology & Engineering Research
2012 THEORETICAL STUDY OF THE INFLUENCE OF IRRADIATION ON A SILICON SOLAR CELL UNDER MULTISPECTRAL ILLUMINATION Article M. Thiame et al. Research Journal of Applied Sciences, Engineering and Technology
2012 Impact of injected charges, clock noise and Operational Amplifier imperfections on the Sample and Hold (SH) overall performance Article A. Ndiaye et al. Applied Physics Research
2012 Calculations of high lying energy resonances of the 4s24p2 (1D2)nd and 4s24p2 (1S0)nd Rydberg series of Se+ Article I. Sakho et al. Phys. Rev. A
2012 Relativistic theory of one – and two electron systems: valley of stability in the helium-like ions Article I. Sakho et al. J. At. Mol. Sci
2012 Modified Atomic Orbital Theory applied to the calculation of high-lying 2(KT)n±13P° Rydberg series of He-like ions Article I. Sakho et al. Natural Science
2012 Mécanique Quantique 1 Licence 2 MPCI Exercices corrigés et commentés Article I. Sakho et al. Livre: Hermann Éditeurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laboratoire d’Agroforesterie et d’Écologie (LAFE)

I Le responsable du Laboratoire : Sire DIEDHIOU

II Thématique de recherches

  • Services éco systémiques fournis par les parcs agro forestiers en Casamance ;
  • Interactions arbre-cultures dans les parcs agro forestiers ;
  • Adoption des pratiques agro-écologiques dans les systèmes de production en Casamance et
  • Amélioration de la fertilité des sols à travers l’étude des interactions plantes-sol-microorganismes :
    • Etude et utilisation des relations symbiotiques
    • Association avec les plantes (légumineuses), Utilisation de champignons mycorhiziens et
    • Mise au point de méthodes de compostage et étude des meilleures conditions de compostage.
  • Étude de systèmes agro-écologiques de management des rizières dans la lutte contre la salinisation et la toxicité ferreuse (paillage, compost, coquilles d’huîtres, bactéries fixatrices N libres) ;
  • Amélioration génétique de la principale espèce de cotonnier cultivé par l’utilisation d’espèces sauvages de cotonnier et
  • Introduction et promotion de la culture du quinoa au Sénégal.

SITE D’APPLICATION PRATIQUE

Le département d’Agroforesterie dispose d’un site d’application pratique de 1,5 ha.

L’objectif principal de ce site est de servir de parcelle d’application pour les étudiants et de site de recherche pour les enseignants-chercheurs. Ce site est aujourd’hui en cours d’aménagement. La clôture a été installée, le forage est mis en place et un système d’arrosage goutte à goutte est en cours d’installation. Dans le site, une fosse compostière sera installée. Des carrés maraîchers sont en cours d’installation pour les spéculations suivantes : oignon, tomate, piment, patate douce et poivrons.

III Publications scientifiques des cinq (05) dernières années  (2012–2017)

 

Charahabil et Leonard Elie Akpo. 2017. Attributs écologiques et environnementaux d’une invasion biologique : cas du Psidium cattleyanum var. coriaceum (Mart. ex O. Berg) Kiaersk. dans la forêt du karthala (Grande-Comore). Soumis European Scientific Journal ISSN: 1857 – 7881

Charahabil et Leonard Elie Akpo. 2017. Effet des facteurs environnementaux sur la structuration de la flore ligneuse du Karthala (Grande-Comore, océan indien) Sous presse VertigO- la revue électronique en sciences de l’environnement.

Charahabil Mohamed M,Bassène César, Seydou Ndiaye, et Malaïny Diatta. 2017Diversité taxonomique et organisation des espaces végétalisés urbains (EVU) de la ville de Ziguinchor (Sénégal). En préparation.

Charahabil Mohamed M.,Bassène César, Daouda Ngom et Malaïny Diatta. 2017.Services écosystémiques d’approvisionnement fourni par les plantes de la ville de Ziguinchor. En préparation.

LABO A. D., SANE S, NGOM D et AKPO L E (2016): Effet du sel sur le comportement des jeunes plants de palmier à huile (Elaeis guineensis Jacq.) en Basse Casamance

« TAHIROU S. I., CHAIBOU I., NGOM D., MOUSSA H., BANOIN M. (2016): Perception paysanne des ligneux à houppier fermé dans les agrosystèmes de Gaya : cas du terroir villageois de Tanda (République du Niger). »

CAMARA B., FAYE E., TOURE M. A. etNGOM D. (2015): Étude sous serre du comportement de Gossypium hirsutum L. face au stress salin (Sénégal).

DIAGNE N., NGOM M., DJIGHALY PI, PRODJINOTO H., NGOM D., HOCHER V., FALL D., DIOUF D., NAMBIAR-VEETIL M., SY M. O., NDOYE I., FANCHE C., BOGUSZ D. et LAPLAZE L. (2015): Rehabilitation of saline land using selected salt-tolerant casuarina microorganisms combinations.

DIAGNE N., NGOM M., DJIGHALY PI, NGOM D., NDOUR B., CISSOKHO M., FAYE M. N., SARR A., SY M. O., LAPLAZE L. and CHAMPION A. (2015): Remediation of heavy Metal-Contaminated soils and enhancement of their fertility with actinorhizal plants.

DENDONCKER M., NGOM D. et VINCKE C. (2015): Trees dynamics (1955-2012) and their uses in the Senegal’s Ferlo region: insights from a historical vegetation database, local knowledge and field inventories.

Ndiaye Seydou,Charahabil Mohamed Mahamoud, Diatta Malaïny. 2015. Caractérisation des Plantations Agroforestières à Base d’anacardier dans la communauté rurale de Djibanar (Casamance/Sénégal). Sous presse European Scientific Journal ISSN: 1857 – 7881

Ndiaye Seydou, Charahabil Mohamed Mahamoud, Ndiaye Ousmane et Diatta Malaïny 2015. Déterminisme de la flore ligneuse associée dans la production des parcs à Anacardium occidentale L dans la communauté rurale de Djibanar (Casamance/Sénégal). A paraitre International Journal of Biological and Chemical Sciences, IJBCS)

Sall S.N., Ndour N.Y.B., DiedhiouSall S., R. Dick and J.L. Chotte (2015). Microbial response to salinity stress in a tropical sandy soil amended with native shrub residues or inorganic fertilizer. J Environ Manage. 15;161:30-7

DIEDHIOU M. A. A., FAYE E., NGOM D. et TOURE M. A. (2014): Identification et caractérisation floristiques des parcs agroforestiers du terroir insulaire de Mar Fafaco, Sénégal.

MBAYE T., NDIAYE A., NGOM D., CISSE M. & GNING F.  (2014): Facteurs déterminants de la fructification des parcs à baobab (Adansonia digitata L.) en Moyenne et Haute Casamance.

Ngom D., Charahabil M.M., Sarr O., Bakhoum A. et Akpo L.E. 2014. Perceptions communautaires sur les services écosystémiques d’approvisionnement fournis par le peuplement ligneux de la réserve de biosphère du Ferlo (Sénégal), VertigO- la revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 14 Numéro 2

NGOM D. (2014) : Biodiversité et services écosystémiques dans les réserves de biosphère: Réserve de biosphère du Ferlo en Afrique de l’Ouest.

NGOM D., AGBANGBA E., FALL T., DIATTA S. et AKPO L. E. (2014): Quantification of ecosystem services provided by Pterocarpus lucens Lepr. Ex Guill. and Perrott. : forage production, timber and carbon sequestration in the Biosphere Reserve of Ferlo (Northern Senegal)

Diedhiou Sall S., E.L. Dossa, I. Diedhiou, A.N. Badiane, K.B. Assigbetsee, A.N.S. Samba, M. Khouma, M. Sène and R.P. Dick (2013). Microbiology and Macrofaunal Activity in soil beneath shrub canopies during residue decomposition in Agroecosystems of the Sahel.Soil Science Society of America 77: 501-511

SARR O., NGOM  D., NGARYO F., DIATTA S. & AKPO L. E (2014): Etat de la végétation ligneuse dans trois unités d’utilisation des terres d’une zone agropastorale au Sénégal (région de Kaffrine).

CHARAHABIL M.M., DIALLO A., NGOM D., DIOP B. et AKPO L. E. (2013). Importance des Combretaceae dans des forêts communautaires de la zone soudano-sahélienne au Sénégal

Mohamed Mahamoud CHARAHABIL, Aly DIALLO, Daouda NGOM, Babacar DIOP, et Léonard Elie AKPO.Importance des combrétacées dans des forêts communautaires de la zone soudano-sahélienne au Sénégal.Sécheresse 2013 ; 24 : 39–47

Mohamed Mahamoud Charahabil, Ibrahim Yahaya, Jean-Noël Labat et Léonard Elie Akpo. Typologie de la synusie ligneuse de la forêt du Karthala, Archipel des Comores. Scripta Bot. Belg. 46 – AETFAT XIX- Madagascar, 2010. Scripta Botanica Belgica 46: 1–11, 2013

Charahabil M. M., Yahaya I. Labat JN et AKPO L.E. 2013. Variabilité spatiale de la structure spécifique d’un peuplement ligneux et de l’endémicité en zone de montagne aux Comores. Int. J. Biol. Chem. Sci., June 2013, Volume 7, Number 3. Pages 902-923 

NGOM D., FALL T., SARR O., DIATTA S. et AKPO L. E. (2013): Caractéristiques écologiques du peuplement ligneux de la réserve de biosphère du Ferlo (Nord Sénégal).

SARR O., NGOM D., BAKHOUM A. et AKPO L. E. (2013): Dynamique du peuplement ligneux dans un parcours agrosylvopastoral du Sénégal.

Dossa E.L., I. Diedhiou, M. Khouma, M. Sène, A. Lufafa, F. Kizito, A.N.S Samba, A.N. Badiane, S. Diedhiouet R.P. Dick. (2012). Crop Productivity and Nutrient Dynamics in a Shrub (Guiera senegalensis)–Based Farming System of the Sahel. Agron. 104: 1255–1264

NGOM D., FAYE O, DIABY N.et AKPO L. E. (2012): Le zonage ou la spatialisation des fonctions de la réserve de biosphère du Ferlo (Nord Sénégal).

NGOM D., BAKHOUM A., KINDOMIHOU V., DIATTA S. et AKPO L. E. (2012): Firewood potential production of three sahelian woody species (Grewia bicolor, Pterocarpus lucens and Combretum glutinosum) in Ferlo (Northern Senegal).

NGOM D., BAKHOUM A., DIATTA S et AKPO L. E. (2012): Qualité pastorale des ressources herbagères de la réserve de biosphère du Ferlo (Nord Sénégal).

  1. Sarr, J-M. Lacape, J-M. Jacquemin, H. Benbouza, A. Toussaint, J-P. Baudoin, and G. Mergeai. Alien chromosome transmission and somatic elimination in monosomic addition lines of Gossypium australe F. Muell in G. hirsutum L. Euphytica. 2012. 183:55–64

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laboratoire d’Informatique et d’Ingénierie pour l’Innovation (LI3)

I.                Le responsable  du Laboratoire : Khalifa GAYE

 

La thématique scientifique du LI3 est centrée sur un axe principal : la Modélisation et l’Ingénierie de Systèmes Innovants. Trois domaines d’applications sont ciblés : les systèmes industriels, l’habitat et la gestion des territoires.

II.              Thématiques de Recherche

Les différents thèmes du Laboratoire sont :

Thème 1 : Modélisation Informatique pour la Conception  et l’Ingénierie (MICI)

Ce thème comporte différents sous-thèmes en rapport avec les domaines de recherche des enseignants-chercheurs du département d’informatique :

– Réseaux et services,

– Systèmes distribués,

– Systèmes embarqués,

– Systèmes Multi-Agents, Systèmes complexes,

– Système d’Information, Bases de données, Fouille de données, Ingénierie de connaissances,

– Technologies web et

– etc.

Thème 2 : Conception et Ingénierie de Produits et de Systèmes Innovants

Ce thème traite de la modélisation et de l’évaluation des performances de systèmes et de produits manufacturés. Il propose des développements théoriques et méthodologiques ainsi que des solutions techniques d’optimisation de ces systèmes et produits.

Ce thème fait le lien entre les travaux de modélisation et le développement de produits et de systèmes avec des applications concrètes dans différents secteurs: artisanat, industrie, agriculture, santé, transport et habitat.

Thème 3 : Ingénierie Territoriale, Habitat et Environnement (ITHE)

Ce thème a pour premier objectif de proposer des méthodes et outils pour une gestion efficace des territoires à travers la collecte, la structuration, le stockage, l’analyse et la diffusion de données géoréférencées en vue de guider le processus décisionnel des collectivités territoriales et locales.

Ces travaux contribueront, entre autres, au développement de solutions de maitrise du développement local.

III Publications scientifiques des cinq (05) dernières années  (2012–2017)

Dernières Publications :

  • Khalifa Gaye, Amadou Coulibaly, Mickael Gardoni, «System of decision-making assistance for the recycling manufactured products». 22nd CIRP Conference on Life Cycle Engineering 2015 7 – 9 April 2015, Sydney-Australia.
  • Khalifa Gaye, Amadou Coulibaly, Mickael Gardoni, «Product metamodel based on the coupling of the extended design matrix X-DSM and SysML formalism» Published

in:Industrial Engineering and Operations Management (IEOM), 2015 International Conference on. 3-5 March 2015. Print ISBN: 978-1-4799-6064-4. INSPEC Accession Number: 15091268

  • A.Diallo and O. Flauzac and L. A. Ste enel and S. Ndiaye and Y. Dieng, A distributed Framework for E-learning Ressources Sharing, in 5th International Conference on

e-Infrastructure and e-Services for Developing Countries (Africomm 2013),Nov. 25 to 27 2013, Blantire, Malawi.

 

[1][1] Inspection d’Académie de Ziguinchor.

[2][2]idem

Filières

Mathématiques-Physique-Informatique

Physique-Chimie

 Département de Mathématiques

Licence en Mathématiques

Master en Mathématiques Pures

Master en Mathématiques Appliquées

Département de Physique

Licence en Physique

Master en Physique des Matériaux

Master en Sciences de l’Atmosphère et de l’Océan

Département d’Informatique

Licence en Informatique

Master en Génie Logiciel

Département de Chimie

Licence en Chimie

Master en Ingénierie des Matériaux

Master en Synthèse Organique et Produits Naturels

 

This is custom heading element